Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le ministre des Affaires étrangères salvadorien Carlos Castaneda et son homologue chinois Wang Yi lors de la cérémonie de signature à Pékin, ce mardi. /AP /Mark Schiefelbein
© AP / Mark Schiefelbein

Asie

Pékin arrache un nouvel allié à Taïwan en séduisant le Salvador

Après avoir été déjà abandonné en mai par la République dominicaine et le Burkina Faso, Taïwan n’est désormais plus reconnu que par 17 pays. Le Salvador a pris cette décision pour élever son niveau de vie

C’est une nouvelle victoire pour la Chine: le Salvador, petit Etat d’Amérique centrale, a établi mardi des relations diplomatiques avec le géant asiatique. Pékin arrache ainsi un nouvel allié à Taïwan, une île de facto autonome dont il revendique la souveraineté.

Le document établissant les relations diplomatiques a été signé solennellement à Pékin par les ministres des Affaires étrangères du Salvador et de la République populaire de Chine dans une pièce décorée des drapeaux des deux nouveaux partenaires.

«Notre gouvernement prend cette décision afin de changer notre stature historique et d’élever notre niveau de vie. Nous espérons que nous pourrons apporter des bénéfices tangibles à nos citoyens et de l’espoir à tous», a déclaré le ministre salvadorien Carlos Castaneda. Il a assuré que Pékin constituait «un partenaire stratégique».

Taipei avait anticipé la décision du Salvador

La Chine continentale et Taïwan sont dirigés par des régimes rivaux depuis 1949, après une guerre civile entre communistes (basés à Pékin) et nationalistes (réfugiés dans la capitale taïwanaise Taipei). L’île n’est pas reconnue comme pays par l’ONU, mais se gère de façon autonome. Taïwan n’a cependant jamais déclaré son indépendance. Et Pékin la considère toujours comme l’une de ses provinces vouées à retourner dans son giron.

La Chine populaire interdit ainsi à ses partenaires toute relation officielle avec l’île et s’efforce de convaincre les alliés de Taipei de reconnaître le gouvernement communiste.

Le président du Salvador, Salvador Sanchez Ceren, a confirmé, dans un discours diffusé sur la radio et la télévision nationales, que son gouvernement avait décidé de «rompre les relations maintenues avec Taïwan» et de reconnaître la Chine populaire. «Le Salvador a choisi de s’engager à ne reconnaître qu’une Chine unique, sans préalable, adoptant la même position que la plupart des Etats du globe», s’est félicité Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères.

Lire aussi: La Chine fait plier les alliés de Taïwan

Taipei avait annoncé, un peu plus tôt ce mardi, avoir de son propre chef rompu ses liens avec le Salvador, en se disant convaincu que le pays d’Amérique centrale se préparait à établir des relations avec Pékin.

La fin de 58 années d’alliance

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères Joseph Wu a vivement condamné la stratégie de Pékin visant à isoler diplomatiquement l’île en faisant miroiter de généreux financements aux alliés de Taipei.

«Nous n’allons pas nous engager dans une diplomatie du dollar contre la Chine» populaire, a martelé Joseph Wu. Il a précisé que le Salvador avait réclamé «des financements colossaux» pour le développement d’une infrastructure portuaire, un projet que Taïwan avait refusé de soutenir.

La reconnaissance de la Chine populaire par le Salvador met fin à 58 années d’alliance entre le pays d’Amérique centrale et le gouvernement taïwanais. Seuls 17 Etats reconnaissent encore Taïwan. Parmi eux: le Vatican, un seul pays africain (eSwatini, ex-Swaziland), ainsi que des nations du Pacifique et d’Amérique latine (Honduras, Guatemala ou Paraguay).

Lire aussi l’opinion: Taïwan, l’autre casse-tête diplomatique de Donald Trump

Les relations diplomatiques entre Pékin et l’île se sont envenimées depuis l’arrivée, en 2016, de la présidente Tsai Ing-wen issue d’un parti politique traditionnellement en faveur de l’indépendance. Sous son mandat, cinq Etats ont rompu leurs relations avec Taipei.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a