Pékin a prévenu tout le monde. La sentence attendue ce mardi dans le différend maritime avec les Philippines ne vaudra rien et ne sera pas respectée. Ce n’est qu’un «bout de papier», a encore tonné ce lundi le Global Times, tandis que le Quotidien du Peuple, un autre média au service du pouvoir chinois, jugeait que la Chine était «victime» d’une cour acquise aux intérêts des Etats-Unis.

Nombre d’experts anticipent une décision en faveur de Manille, alors que plusieurs autres pays s’opposent aussi aux ambitions de Pékin en mer de Chine méridionale. La tension est exacerbée à la fois par la militarisation d’une série d’îlots par l’armée chinoise et par les manœuvres à proximité de la marine américaine, au nom de la liberté de navigation dans les eaux internationales. Si, en réponse au verdict, Pékin déclarait prendre le contrôle aérien des eaux contestées, comme d’aucuns l’envisagent, les Etats-Unis, alliés des Philippines, se verraient «forcés» d’agir, a déclaré début juin le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Arbitrage dénigré

Depuis des semaines, le régime communiste multiplie les initiatives pour dénigrer l’action lancée par Manille en 2013. Le gouvernement philippin alors en place avait appelé la Cour permanente d’arbitrage (CPA), à La Haye, à juger illégale la souveraineté revendiquée par Pékin sur une série d’îlots situés sur une des voies maritimes les plus fréquentées. Le cas du récif de Scarborough est un des points de tension. Il est situé à 220 kilomètres des côtes philippines, mais à plus de 1000 kilomètres de la Chine.

Lire aussi: La Haye stoppera-t-elle l’expansion chinoise?

Manille estime que Pékin ne respecte pas la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDEM), que la Chine a pourtant signée. Les Philippines ne peuvent ainsi librement exercer leurs droits de pêche et d’exploration des ressources énergétiques en sous-sol. Pékin est en outre accusée d’avoir dégradé l’environnement en détruisant des récifs.

La Chine voit les choses tout autrement et n’entend laisser quiconque contester son autorité. Vendredi, pour montrer sa détermination, la marine chinoise a mené des manœuvres avec des missiles réels dans la région des Paracels, à l’ouest du récif de Scarborough, a écrit le PLA Daily, l’organe de presse de l’armée. Il y a quelques semaines, à Hongkong, les autorités chinoises avaient convoqué la presse étrangère pour faire valoir ses arguments, appelant à «ses amis de la presse» à couvrir le sujet de façon «objective et équilibrée» et à «faire plus pour maintenir la paix et stabilité» en mer de Chine méridionale.

Un espace aussi vaste que la Méditerranée

Un des principaux arguments mis en avant par Pékin est historique. Song Ru’an, un haut responsable de Pékin en poste à Hongkong, avait montré la reproduction d’une peinture. Y figurait le navigateur Zheng He, au XVe siècle, lors d’un de ses voyages «amicaux» dans la région, démontrant le rôle actif de la Chine dans la région.

Pékin avance aussi sa carte aux neuf pointillés qui remonte aux années 1940, et qui détermine l’étendue de sa souveraineté soit près de 80% de la mer de Chine méridionale, un espace aussi vaste que la Méditerranée. Le verdict négatif de La Haye remettrait cette carte en question. Autre argument, juridique cette fois: la CNUDEM n’a pas pour vocation de régler les différends territoriaux. Pékin conteste la légalité de l’arbitrage et a refusé d’y participer, même si la CPA s’est déclarée compétente.

Plus stratégique que le canal de Suez


Enfin, la Chine n’a de cesse de rappeler qu’elle tient à la stabilité dans la région. Elle estime que 80% de l’énergie qu’elle importe et 40% de son commerce de biens emprunte la mer de Chine méridionale. Elle avance que 15 millions de barils de pétrole y transitent chaque jour, trois fois plus que via le canal de Suez. «Nous sommes désireux, plus que quiconque, [d’y] maintenir la liberté de navigation», déclarait Song Ru’an.

Lire aussi: En mer de Chine, le tournant de la militarisation

Les Philippines ont pourtant reçu un nombre important de soutiens, dont les Etats-Unis, le Japon, l’Australie et l’Union européenne. Lors de sa dernière réunion, fin mai au Japon, le G7 s’est inquiété de la montée des tensions en mer de Chine du Sud et a appelé à une gestion pacifique des différends.

La Chine, de son côté, a aussi cherché des appuis internationaux. Cependant, outre son allié russe, seuls des pays de moindre envergure, comme la Mauritanie ou le Venezuela, lui ont apporté leur soutien.

Tous les regards tournés vers Manille

Dans ces conditions, tous les regards se tourneront mardi vers Manille car le gouvernement Aquino, qui a lancé l’arbitrage, n’est plus au pouvoir. Depuis le 30 juin, les Philippines sont dirigées par Rodrigo Duterte, qui semble rompre avec la politique de son prédécesseur. Il a été félicité par Xi Jinping qui l’a appelé à remettre les relations entre les deux pays sur la voie de la coopération.

La presse philippine a évoqué des contreparties financières de la part de Pékin si Manille se montrait plus conciliant. Vendredi, le ministre philippin des Affaires étrangères a affirmé à l’AFP que le nouveau gouvernement est prêt à partager l’exploitation des réserves de gaz naturel et de la pêche avec la Chine. La réaction de Rodrigo Duterte est jugée d’autant plus cruciale qu’il n’existe pas de mécanisme pour contraindre la Chine à appliquer la sentence.