Pékin prêt «au pire»

A Hongkong, on le dit plus important, et plus puissant, que CY Leung, l’actuel chef du gouvernement que nombre de manifestants qualifient de «marionnette». Zhang Xiaoming dirige le Bureau de liaison du pouvoir central au sein de la Région administrative spéciale. Le responsable de cette sorte de «gouvernement de l’ombre», selon le sinologue Jean-Pierre Cabestan, a rencontré ces derniers jours les parlementaires pro-establishment, dont ceux du DAB, Alliance démocratique pour l’amélioration et le progrès de Hongkong. Pour leur dire, selon la presse hongkongaise, qu’il soutenait pleinement CY Leung, et qu’il les appelait à faire de même. Zhang Xiaoming a qualifié le mouvement des parapluies de «révolution colorée», terme qui renvoie à celle, orange, en Ukraine, notamment, pour la condamner et la soupçonner d’être manipulée par des «forces étrangères». En poste depuis fin 2012, l’homme de Pékin a aussi indiqué que le gouvernement central s’attend à ce que les manifestations durent encore «pendant un certain temps» et qu’il s’est «préparé au pire».