L’essentiel

L’Angleterre a supprimé lundi la plupart des restrictions liées à la pandémie, une étape qui inquiète des scientifiques et responsables politiques.

Selon les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo, 58 cas ont été détectés depuis le 1er juillet, sur près de 20 000 personnes arrivées dans le pays.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) décomptait mardi 707 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi.


■ Des cas positifs au Covid-19 à la Maison Blanche, parmi le personnel totalement vacciné

Des personnes travaillant à la Maison Blanche, dont un haut responsable, ont été testées positives au Covid-19 après avoir été totalement vaccinées, a fait savoir mardi la porte-parole de l’administration Biden, Jen Psaki.

Elle a précisé que le haut responsable, dont l’identité n’est pas connue, avait été testé positif lundi et ne présentait que des symptômes «légers». Jen Psaki a indiqué que d’autres personnes travaillant à la Maison Blanche, à des niveaux de responsabilité inférieurs, avaient également été testées positives, sans donner leur nombre.


■ Boris Johnson ciblé par de nouvelles attaques de son ex-conseiller

L’ancien conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings, s’est livré à une nouvelle charge contre le Premier ministre britannique, affirmant que le chef du gouvernement conservateur s’était montré réticent à ordonner un deuxième confinement car ceux qui mouraient avaient plus de 80 ans.

Après avoir longuement étrillé Boris Johnson sur son blog, sur Twitter et pendant sept heures d’audition devant une commission parlementaire fin mai, Dominic Cummings, qui a quitté Downing Street à l’automne dernier sur fond de luttes internes, a accordé une longue interview à la BBC.

Dominic Cummings affirme qu’à l’automne dernier, Boris Johnson résistait à l’avis des scientifiques et de l’opposition travailliste d’ordonner un deuxième confinement car il estimait que «les confinements ne fonctionnent pas» et que «les gens qui meurent sont tous essentiellement âgés de plus de 80 ans et on ne peut pas tuer l’économie juste parce que des gens meurent à plus de 80 ans». Lundi, l’Angleterre a levé les restrictions sanitaires.


■ L’Agence européenne des médicaments lance un examen continu du vaccin de Sanofi Pasteur

L’Agence européenne des médicaments (l’EMA) a annoncé mardi le lancement d’une procédure d'«examen continu» du vaccin contre le Covid-19 du laboratoire pharmaceutique français Sanofi Pasteur, ouvrant la voie à une éventuelle demande d’autorisation prochaine dans l’Union européenne.

La décision de l’EMA de commencer l’examen continu se fonde sur des résultats préliminaires d’études en laboratoire et des études cliniques chez des adultes, explique le régulateur. Ces résultats «suggèrent que le vaccin déclenche la production d’anticorps qui visent le Sars-CoV-2, le virus qui provoque le Covid-19, et pourraient contribuer à protéger contre la maladie», ajoute l’EMA.

L’agence européenne va poursuivre sa procédure jusqu’à ce qu’elle dispose de suffisamment d’informations pour que le laboratoire puisse présenter une demande formelle d’autorisation de mise sur le marché. «L’EMA ne peut prévoir de calendrier global mais l’évaluation d’une éventuelle demande devrait prendre moins de temps que d’habitude en raison du travail effectué durant l’examen continu», selon l’agence.


■ La confiance dans la vaccination augmente mais le nombre de sceptiques reste stable

Une enquête menée auprès de la population révèle qu’en juin 2021, toujours plus de Suisses sont enclins à recevoir le vaccin contre le Covid-19. En revanche, les plus sceptiques restent sur leur position, a constaté Michael Hermann mardi au point de presse des experts de la Confédération.

Si l’on veut convaincre encore plus de personnes à se faire vacciner, il faut insister sur les inconvénients de la non-vaccination. C’est le moyen le plus efficace, a relevé le politologue à l’Université de Zurich et directeur du centre de recherche Sotomo.

La comparaison des résultats de la situation à la mi-juin avec ceux à la mi-mars de cette année montre que le fossé persiste entre ceux qui se méfient des autorités et ceux qui estiment avoir été correctement informés.


■ En France, l’objectif 40 millions de primo-injections «devrait être atteint fin juillet»

L’objectif de 40 millions de premières doses de vaccins contre le Covid-19 injectées «devrait être atteint à la fin du mois de juillet», soit avec un mois d’avance sur le tableau de marche initial, a annoncé mardi Jean Castex devant l’Assemblée nationale.

Mi-juin, le Premier ministre avait dit viser la barre des 40 millions fin août, ainsi que celle des 35 millions de Français totalement vaccinés au même horizon. Au 19 juillet, 37 809 568 personnes avaient reçu au moins une dose et 30 788 868 étaient considérées comme complètement vaccinées, selon la Direction générale de la Santé.


■ L’OFSP encourage toujours à la vaccination

Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l’OFSP ouvre ce jour le point presse de l’organe de santé. Ce dernier relève pour commencer que «le nombre de cas est à nouveau en forte augmentation dans le pays». Il pourrait dépasser les 1000 nouveaux cas cette semaine.

La bonne nouvelle est que les hospitalisations restent très basses, même si l’on peut observer une légère hausse, a pointé le chef de section de l’OFSP. Il y en a environ trois ou quatre par jour. Et ce sont les plus de 50 ans qui sont touchés. Le nombre de décès quotidien se situe encore plus bas, entre 0 et 3.

Samia Hurst, Vice-présidente de la Task Force est quant à elle revenue sur la progression de la vaccination. «Face à une propagation rapide, il est risqué de fonder les décisions uniquement sur l’évolution des hospitalisations. La vaccination diminue la proportion des personnes infectées nécessitant une hospitalisation mais pas la vitesse avec laquelle les hospitalisations augmentent», a-t-elle lancé, rappelant qu’il ne faudrait pas prendre de mesures trop tardivement.

Lire aussi: Antoine Flahault: «Avec un peu plus de 50% de sa population vaccinée, la Suisse est en situation d’assez grande vulnérabilité»

«Aujourd’hui, il reste en Suisse dans chaque groupe d’âge au moins autant de personnes non immunisées qu’il y a eu d’infections jusqu’à présent dans ce groupe d’âge», a-t-elle poursuivi, tout en encourageant la population à se faire vacciner. «Nous pourrions encore avoir en Suisse une vague dépassant celle de l’automne dernier», a-t-elle affirmé.


■ 49,7% des patients hospitalisés développent une complication

Près de la moitié des patients (49,7%) hospitalisés en raison du Covid-19 développent au moins une complication, selon une large étude réalisée aux Royaume-Uni sur plus de 75 000 personnes âgées de 19 ans et plus, et dont les résultats ont été publiés le 17 juillet dans The Lancet. Selon les auteurs, les personnes de plus de 60 ans sont plus susceptibles de développer de telles complications (54,5% chez les hommes et 48,2% chez les femmes), mais les plus jeunes, y compris sans maladies préexistantes, ne sont pas épargnés. 21,2% des patients entre 19 et 29 ans et 37% des individus entre 30 et 39 ans, ont en effet développé des complications.

Les plus courantes sont celles affectant les reins et le système respiratoire, mais des complications cardiovasculaires, neurologiques, gastro-intestinales et hépatiques ont également été signalées. A noter que cette étude a examiné des cas hospitalisés entre le 17 janvier et le 4 août 2020, avant que les vaccins ne soient largement disponibles et l’apparition de nouveaux variants du SARS-CoV-2. Selon les auteurs, ces résultats «restent néanmoins pertinents lorsqu’il est question de contrer l’idée selon laquelle le Covid-19 ne présente aucun risque pour les jeunes adultes en bonne santé, dont beaucoup ne sont pas vaccinés.»


■ 707 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte mardi 707 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Un décès de plus a été enregistré et huit malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 18 845 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 3,75%.

Sur les quatorze derniers jours:

  • Le nombre total d’infections est de 6075, soit 70,27 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,44.
  • Les patients Covid-19 occupent 3,80% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 67,30%.

S’agissant du vaccin:

  • 8 593 483 doses de vaccin ont été administrées et 44,80% des personnes ont déjà reçu deux doses.
  • La Suisse a reçu jusqu’à présent 9’447’900 doses de vaccins.

■ Les singes et les chats: réservoirs potentiels du virus

Le SARS-CoV-2 infecte les cellules des voies respiratoires du singe et du chat, selon une étude bernoise. Les auteurs suggèrent de surveiller de près le virus chez ces animaux et les espèces qui leur sont prochement apparentées.

Lire aussi: Le singe et le chat sont des réservoirs potentiels du coronavirus


■ Homologation au Japon du cocktail anti-Covid développé par Roche avec Regeneron

Le groupe pharmaceutique Roche a annoncé mardi l’homologation au Japon du cocktail d’anticorps développé avec le laboratoire américain Regeneron pour les formes légères à modérée de Covid-19.

Lire aussi: Berne choisit un traitement de Roche contre le covid

Le Japon est le premier pays au monde à approuver ce traitement, qui a ailleurs reçu des autorisations d’urgence ou temporaire face à l’urgence de la situation sanitaire, a indiqué le groupe dans un communiqué.


■ Les conséquences du Covid sur la Culture, la santé et la criminalité

Aux nombreuses données déjà publiées par la statistique publique sur la pandémie en Suisse viennent s’ajouter trois nouvelles infographies. Consacrées à trois thématiques – santé, culture et criminalité – elles fournissent un aperçu d’une sélection de résultats. Ces infographies révèlent notamment que la deuxième vague de la pandémie, survenue fin 2020 et début 2021, a causé cinq fois plus de décès que la première vague, enregistrée au printemps 2020.
En 2020, le nombre des travailleurs culturels a reculé de 14 500 par rapport à l’année précédente, pour se situer à 298 000. Durant la situation extraordinaire, de mars à juin 2020, la violence domestique s’est accrue de 5%.


■ Les malades psychiatriques davantage victimes de formes graves

Les personnes atteintes de maladies psychiatriques ont plus de risques de développer une forme grave de Covid-19 et d’en décéder, selon une étude publiée dans la revue britannique The Lancet Psychiatry. Les auteurs appellent à vacciner en priorité ces patients.

Ce moins bon pronostic pourrait s’expliquer par les «obstacles aux soins médicaux» rencontrés, des «altérations immuno-inflammatoires liées aux troubles psychiatriques» eux-mêmes ou par l’impact des traitements pris par ces patients, avancent deux des auteurs dans un communiqué publié par la Fondation Fontamental, réseau de chercheurs sur les maladies psychiatriques.


■ Une université gagne en justice le droit d’imposer la vaccination

Un juge fédéral a validé lundi la décision d’une université d’imposer le vaccin à ses étudiants et personnels. Le sujet divise à l’approche de la rentrée aux Etats-Unis.

Le magistrat Damon Leichty du tribunal de South Bend, à l’est de Chicago, a rendu la première décision sur le sujet, mais elle peut faire l’objet d’appels jusqu’à la Cour suprême. Saisis en urgence par huit étudiants, il a refusé de suspendre de nouvelles règles sanitaires imposées par l’université de l’Indiana en vue de la reprise des cours sur ses campus entre le 1er et le 15 août.

Ces règles rendent la vaccination obligatoire pour ses 90 000 étudiants et 40 000 employés, mais prévoient des exemptions pour motifs religieux ou médicaux. La Constitution permet aux étudiants «de refuser des traitements médicaux sur le principe du droit à disposer de son corps», écrit le juge Damon. Mais elle autorise aussi «à imposer un processus de vaccination raisonnable dans l’intérêt légitime de la santé publique», ajoute-t-il. «C’est ce que l’université a fait», tranche-t-il dans une décision d’une centaine de pages.


■ Easyjet vise pour cet été une capacité à 60% du niveau pré-Covid

Le transporteur aérien britannique Easyjet a indiqué tabler pour la période de juillet à septembre, son quatrième trimestre décalé, sur une capacité de transport de 60% comparé à son niveau de l’avant pandémie.

Cela marque une accélération comparé à une capacité de 4,5 millions de sièges enregistrée au troisième trimestre terminé fin juin, soit 17% de sa capacité au troisième trimestre décalé 2019, avant la pandémie.

L’augmentation attendue des passagers et des capacités se fonde sur la levée de nombreuses restrictions aux déplacements internationaux ces derniers mois, avec les progrès de la campagne vaccinale, et en dépit d’un regain de cas de Covid-19.


■ Passe sanitaire: la jauge abaissée à 50 personnes en France

Un pass sanitaire anti-Covid devra désormais être présenté en France dans un certain nombre de lieux accueillant au moins 50 personnes, contre 1000 précédemment, comme des salles de spectacles, de jeux, de sport ou des musées, selon un décret paru mardi au Journal officiel.

Lire aussi: Le projet de loi «Pass sanitaire» devient celui de tous les dangers

Ce pass sanitaire (prouvant la vaccination complète, un test négatif récent ou l’immunisation) était déjà en vigueur dans ces lieux et établissements, mais la jauge a été abaissée à 50 personnes contre 1000 précédemment, selon ce décret qui vient modifier une partie du décret d’origine datant du mois de juin.

Sont concernés notamment les lieux de culte, les salles de conférences, de spectacles, les cinémas, les chapiteaux, les salles de jeux et de danse, les foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire, ainsi que les établissements sportifs couverts. Sont également concernés par cet abaissement de la jauge, «les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public».