A moins de débarquer d’une autre planète, il est assez difficile d’ignorer encore que cette semaine sera marquée par une certaine élection. Vade-mecum.

–––

Ça commence même avant que ça commence, donc dès ce lundi soir, avec L’Homme qui a fait tomber Nixon, Daniel Ellsberg, et ses Pentagon Papers sur la guerre du Vietnam (Histoire, 20h35). Puis on enchaîne avec le formidable doc Hillary et Bill, elle qui le sera peut-être un jour, lui qui le fut (RTS Deux, 21h45). Et l’on peut terminer avec le bilan prospectif d’Obama Blues (Canal+, 22h30).

–––

Mardi. Jour «J». L’offre est pléthorique. A commencer par celle de la RTS, qui ouvre les feux au 19.30 de RTS Un et continue plus tard avec un débat d’ Infrarouge. Elle propose ensuite dix heures de direct dès 23h20 (sur RTS Deux). Une opération grand luxe qui s’organise en partenariat, dès 23h, avec TV5Monde et la RTBF belge. Recette classique de cette Nuit étasunienne: experts, journalistes, représentants des partis républicain et démocrate et envoyés spéciaux de ces chaînes, auxquels se joignent aimablement les reporters de France Télévisions et Radio-Canada.

–––

Si l’on maîtrise l’anglais, on préférera bien sûr CNN, toujours au plus près de l’événement: ce sera LA référence pour lever toute incertitude. La US Election Night de la BBC1 bénéficie de la même crédibilité (dès 0h35, le mercredi).

–––

Les chaînes d’info francophones proposent évidemment toutes des nuits similaires, que ce soit BFMTV, LCI, France 24 ou i-Télé.

De même que Canal+, après son doc sur La Dernière – quoi qu’il en soit ensuite – Campagne d’Obama.

–––

Pour patienter mardi soir avant les breaking news de la nuit qui entretiendront le suspense plus ou moins longtemps, Stéphane Bern fait son bô sur France 2 avec le personnage de La Fayette (20h45), avant que la même chaîne ne diffuse – après tout le monde – un (bon) documentaire en deux parties, Au Cœur de la Maison-Blanche: Barack Obama (22h50).

–––

Pour les regards plus décalés, on a encore le choix entre Arte, qui propose trois films à coup sûr passionnants, mardi soir toujours, au cœur des contradictions américaines. S’y ajoute un mode d’emploi pour une future présidente et, sur Histoire, les toujours très payantes Images perdues des Kennedy, pour pleurer (20h35).

–––

Et puis cette remarque finale: non, ce n’est pas exhaustif!

Zappropos