Asie

Pierre Rigoulot: «Il faut miser sur un changement de régime en Corée du Nord»

L’historien Pierre Rigoulot mise sur un accord de paix plutôt que sur une dénucléarisation pour changer la donne dans la péninsule

Historien et auteur d’un récent ouvrage sur la question nord-coréenne*, Pierre Rigoulot livre son analyse sur les attentes à l'égard des deux sommets à venir.

Le Temps: Que faut-il espérer de la rencontre de ce vendredi?

Pierre Rigoulot: Au Sud, tous les gouvernements de centre gauche ont cherché à tendre la main au Nord. Lors des premiers sommets de 2000 et 2007, les présidents sud-coréens étaient progressistes. De telles rencontres sont un préalable pour envisager une réunification. Mais ce scénario est envisagé dans une perspective de plusieurs décennies. Quand la droite revient aux affaires, elle constate que ces dialogues ne donnent rien et elle revient à une politique plus dure. Et cela ne donne rien non plus. On assiste donc à un va-et-vient. Deux groupes en particuliers sont opposés à une réunification, pour l’heure: le patronat, car cela coûterait beaucoup trop cher, et la jeunesse, car elle aurait trop à perdre en termes de niveau de vie. La situation de la péninsule coréenne est différente de celle de l’Allemagne. L’écart entre les deux Corées est bien plus marqué qu’entre les deux Allemagnes autrefois. Pyongyang attend pour sa part une mise entre parenthèses des sanctions économiques, la relance du commerce et sans doute une aide économique.

Lire aussi: Les Sud-Coréens sans illusions sur le sommet historique avec Kim Jong-un

Moon Jae-in a évoqué un traité de paix. Est-ce possible?

Cela va être compliqué. Il faudrait d’abord que les deux Etats se reconnaissent une existence mutuelle puisque tous deux prétendent être le gouvernement légitime de l’ensemble de la péninsule. Pyongyang, en particulier, considère Séoul comme une marionnette des Américains. Même si l’idéologie est moins forte au Sud, ce n’est pas tout simple non plus. Qui signerait ce traité de paix? Les Etats-Unis et la Chine, comme parrains? A Pékin, on s’inquiète aujourd’hui des termes d’une telle paix. Ne se fera-t-elle pas à son détriment?

Qu’en est-il du sommet Kim-Trump?

Chacun semble en avoir sa propre interprétation. Je n’ai pas l’impression que la Corée du Nord soit prête à envisager une dénucléarisation vérifiable et irréversible comme l’exige Washington. Comment est-ce que cela pourrait être irréversible si la Corée du Nord possède les plans et le savoir-faire pour fabriquer une bombe? Pyongyang gèlera peut-être son programme, acceptera des contrôles de l’AIEA. Mais aucune puissance nucléaire n’a renoncé à son avantage. A mon avis, il faut plutôt miser sur un changement de régime. Et signer la paix serait un bon moyen d’évoluer en ce sens.

*Pour en finir avec la Corée du Nord, Ed. Buchet-Chastel.

Publicité