Doyen de la Cour suprême des Etats-Unis, à l’œil pétillant d’intelligence et d’humour derrière ses lunettes cerclées, le juge Stephen Breyer a imprimé une marque profonde sur la doctrine progressiste américaine. Mais ce dernier va quitter ses fonctions au terme de la session en cours, soit à la fin juin, ont rapporté mercredi les chaînes NBC et CNN.

Son retrait, à 83 ans, devrait permettre au président démocrate Joe Biden de choisir son successeur et d’obtenir sa confirmation au Sénat avant les élections de mi-mandat en novembre. Le président démocrate a promis que, s’il en avait l’occasion, il nommerait une femme noire au sein de la haute juridiction. La magistrate Ketanji Brown Jackson, de la cour d’appel fédérale de Washington, fait partie des noms qui circulent avec insistance.

Lire aussi: Avec Amy Coney Barrett, la Cour suprême sera bien ancrée à droite

Les nominations à la Cour suprême, qui arbitre la plupart des grands sujets de société aux Etats-Unis, sont l’objet depuis quelques années de féroces batailles politiques. Lors de son mandat, le républicain Donald Trump a fait entrer trois juges en son sein, sur un total de neuf, ce qui a solidement ancré l’institution dans le conservatisme. Leur influence s’est fait particulièrement ressentir depuis septembre, avec un net virage à droite. Le temple du droit a invalidé l’obligation vaccinale dans les grandes entreprises décrétée par Joe Biden et semble prêt à revenir sur le droit à l’avortement et à élargir le droit au port d’armes.

Lutte contre la peine de mort et pour le droit à l’avortement

Stephen Breyer a siégé à l’institution un gros quart de siècle, aux côtés de ses huit pairs à majorité conservatrice. Etre donc dans la minorité n’a jamais retiré à ce brillant magistrat sa jovialité ni la passion avec laquelle il a défendu de façon opiniâtre ses convictions, au premier rang desquelles son opposition à la peine de mort. Parmi ses autres combats chers: l’environnement ou le droit à l’avortement.

Connu pour ses traits d’esprit et sa grande culture, il est devenu en 1994 le deuxième juge nommé à la haute cour par le président démocrate Bill Clinton, après Ruth Bader Ginsburg, l’icône féministe décédée en 2020. Tout comme «RBG», au fil d’argumentaires ciselés, Stephen Breyer s’est imposé comme un pilier du temple du droit américain, chargé de veiller à la constitutionnalité des lois.

Lire également: La bagarre anti-avortement passe par le Mississippi

La Constitution, justement, le juge Breyer en porte toujours un mince exemplaire annoté dans la poche intérieure de sa veste. Mais les autres livres ne sont jamais loin de ce natif de San Francisco, auteur de plusieurs ouvrages sur les libertés ou le droit international.

Un juge féru de littérature

Ce féru de philosophie est sans doute le plus francophile des juges américains. Parlant couramment la langue de Molière, il parsème ses discours de références à Proust ou à Stendhal. Il aime également citer Cicéron – «En temps de guerre, les lois sont muettes» – pour rappeler que, durant la Deuxième guerre mondiale, 70 000 Américains d’origine japonaise avaient été internés sans raison dans des camps.

Après un prestigieux parcours académique qui l’a vu collectionner les diplômes à l’université Stanford, à la faculté britannique d’Oxford et à l’école de droit de Harvard, Stephen Breyer a entamé sa carrière en 1964 en tant qu’assistant du juge de la Cour suprême Arthur Goldberg. Un temps spécialisé dans la lutte contre les trusts, il a également été conseiller du procureur dans le scandale du Watergate.

Lire encore: Cour suprême: la mort de l’iconique Ruth Bader Ginsburg déclenche une bataille politique

Marié à une psychologue issue de l’aristocratie britannique, avec laquelle il a eu trois enfants, le juge Breyer a enseigné à Harvard jusqu’en 1980. Il est ensuite resté en Nouvelle-Angleterre, nommé par le président Jimmy Carter à la cour d’appel de Boston, qu’il finira par diriger.

Un homme de consensus

Possédant une grande capacité de travail, homme de consensus, Stephen Breyer aurait probablement obtenu sa nomination à la Cour suprême plus tôt s’il n’avait eu son blason terni par des révélations sur son omission à cotiser aux caisses de retraite pour une employée de maison. Cette affaire a retardé son arrivée à la haute instance, dont il a ensuite obstinément défendu l’indépendance, malgré les critiques récurrentes qui en font un organe politisé.

Une défiance qui s’est accentuée sous le mandat de Donald Trump. L’ex-président républicain a nommé trois magistrats conservateurs à la cour, des processus controversés que Stephen Breyer s’est toujours gardé de critiquer publiquement. Dans un entretien avec l’AFP en 2016, l'éminent juriste avait refusé de dresser le portrait-robot du candidat idéal.

«Je ne peux pas suggérer au président qui il devrait désigner. Ce n’est pas mon boulot… Cela reviendrait à demander la recette du poulet à la reine… au poulet!», s’était-il amusé.