Comment les démocrates ont-ils été attaqués?

En septembre 2015, un agent du FBI a signalé au Comité national démocrate, l’organe chargé d’organiser les primaires du parti, que des hackers liés au gouvernement russe se sont introduits dans au moins un de leurs ordinateurs.

Ce piratage aurait commencé durant l’été selon The New York Times par l’envoi d’e-mails piégés disant à leurs destinataires que le compte a été victime d’une tentative d’intrusion et qu’ils doivent changer de mot de passe. Ces liens menaient à des pages qui permettaient aux pirates d’intercepter les mots de passe et d’entrer dans les boîtes e-mail.

Lire aussi: Moscou soupçonné d’avoir réalisé le coup parfait contre l’élection américaine

Le directeur de campagne d’Hillary Clinton John Podesta s’est fait lui aussi piéger. Pourtant, un de ses conseillers a eu un doute et a transmis l’e-mail piégé à un des techniciens. Celui-ci a répondu qu’il s’agissait «d’un message légitime. John doit changer son mot de passe immédiatement et il faut vérifier qu’il a bien activé l’authentification à deux facteurs». En vérité, le technicien aurait voulu dire «illégitime», mais il aurait fait une faute de frappe.

Comment ont été utilisées les informations piratées?

En juin 2016, un hacker se faisant appeler Guccifer revendique le piratage et annonce la publication des e-mails sur Wikileaks. Un mois plus tard, le site publie des informations qui montrent que les cadres du parti ont favorisé Hillary Clinton au détriment de Bernie Sanders. Bien d’autres publications mettant en cause la candidate démocrate ont suivi jusqu’à l’élection.

Les Républicains ont-ils aussi été victimes d’une attaque?

De toute évidence, non.

Le but des hackers étaient-ils de faire élire Donald Trump?

De fait, les attaques ont commencé avant que Trump ne soit désigné comme le candidat républicain.

Qui est responsable de ces attaques?

Des sources anonymes au sein de la CIA et des déclarations du patron de la NSA et de l’entreprise de sécurité embauchée par le Comité national démocrate affirment que ces attaques ont été commises par deux groupes liés au gouvernement russe baptisés Cozy Bear et Fancy Bear.

Mais toutes les preuves qui relient ces groupes ou les Russes aux attaques n’ont pas été révélées au public. Des faisceaux d’indices ont été dévoilés comme le fait que les attaques ont été commises durant les heures de bureau sur le fuseau horaire de Moscou ou que l’une des sources a utilisé un traitement de texte configuré en russe.

Le hacker qui a revendiqué l’attaque, Guccifer, a déclaré être roumain et Wikileaks affirme ignorer qui lui a transmis ces documents.

Cette attaque est-elle une première?

Non, des attaques similaires avaient été repérées sur les réseaux d’ordinateurs de Barack Obama et de John McCain durant la campagne présidentielle de 2008. Le FBI les avait attribuées à la Chine.