Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2021, la déforestation de la forêt amazonienne s’est poursuivie à un rythme effréné: 13 325 kilomètres carrés de forêt ont disparu. Des peuples indigènes sont en danger, notamment les Piripkura, les Uru-Eu-Wau-Wau, les Arariboia ou les Munduruku. La progression de la déforestation est fulgurante: 7500 km² en 2018, 10100 km² en 2019, 10 850km2 en 2020. Il faut remonter quinze ans en arrière pour trouver des chiffres similaires. C’était l’époque où Luis Inacio Lula da Silva était président.