Cinq euros. Voici la somme que devront désormais débourser les conducteurs serbes qui souhaitent se rendre au Kosovo, pour apposer la plaque d’immatriculation temporaire devenue obligatoire à la place de leur plaque minéralogique serbe. Une décision annoncée il y a tout juste une semaine par Albin Kurti, le premier ministre du plus jeune Etat des Balkans. Et qui met le feu aux poudres.