Le nombre des personnes portées disparues au Mexique a de quoi inquiéter. Il a dépassé, lundi, les 100 000 depuis 1964, selon des données statistiques officielles compilées par le Secrétariat du gouvernement (Intérieur). Les premières disparitions datent de la «guerre sale» menée par les autorités contre les mouvements révolutionnaires dans les années 1960-80.

Selon le registre national des personnes disparues, 100 012 personnes ont été portées disparues entre le 15 mars 1964 et le 16 mai 2022. Environ 75% d'entre elles sont des hommes. Selon le Mouvement pour nos disparus, une association qui milite pour faire la lumière sur ces disparitions, ce chiffre est très en deçà du nombre de cas enregistrés chaque jour au Mexique.

Les disparitions au Mexique se sont multipliées sur fond de violences liées au trafic de drogue qui ravage le pays depuis 16 ans.

Lire aussi: Au Mexique, la disparition de jeunes réveille un traumatisme à répétition

Surpopulation dans les morgues mexicaines

En avril dernier, le comité contre les disparitions forcées de l'ONU avait dénoncé une «tendance alarmante à la hausse» de ces occurrences, appelant le gouvernement mexicain à prendre des «mesures immédiates» pour y remédier. Cet organisme des Nations unies juge le crime organisé comme le principal responsable, pointant également la négligence des pouvoirs publics.

Le manque de personnel au sein des forces de l'ordre pour enquêter sur ces disparitions, a conduit des familles, souvent des mères, à se regrouper pour chercher leurs proches dans des fosses communes clandestines.

L'article du 21 février 2013: Les disparitions forcées se multiplient au Mexique

Selon le gouvernement, il y a plus de 37 000 cadavres non identifiés dans les morgues du pays, mais les organisations civiles estiment ce chiffre à 52 000. Les autorités tentent de créer une base de données sur ces disparus, mais beaucoup de corps sont enterrés sans identification en raison de la surpopulation dans les morgues mexicaines.

Le Mexique a enregistré également quelque 340 000 morts - dont la majorité sont des victimes du crime organisé - depuis 2006, date à laquelle les autorités ont lancé une opération militaire controversée contre les trafiquants de drogue.