De violents affrontements entre le groupe Etat islamique (EI) et les forces du régime de Damas dans le centre de la Syrie ont fait plus de 150 morts en 24 heures. Les troupes de Bachar al-Assad affrontent les djihadistes à Ouqayribat, une petite ville de la province de Hama.

Appuyées par les frappes aériennes du régime et de son allié russe, elles ont réussi dimanche à conquérir la ville. Elle était le dernier fief stratégique de l'EI dans cette province, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Vendredi, les forces gouvernementales avaient pris une première fois le contrôle de Ouqayribat, avant de la perdre le lendemain dans une contre-offensive des djihadistes.

«Ces dernières 24 heures, 120 éléments de l'EI ont été tués dans les combats à Ouqayribat et ses environs, tandis que 35 soldats du régime et des combattants alliés ont péri», a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Base de l'EI

Avec la perte de la ville, les djihadistes ne contrôlent plus que quelques petits villages alentour, dans l'est de la province de Hama, selon l'OSDH.

Les djihadistes contrôlaient Ouqayribat depuis 2014. Ils l'utilisaient comme base pour «lancer des attaques sur les régions aux mains du régime» dans la province de Hama, notamment une route «cruciale» qui relie la province septentrionale d'Alep au centre et au sud du pays, selon la même source.

L'EI sous pression

Après une ascension fulgurante en Irak et en Syrie en 2014, les djihadistes de l'EI connaissent ces derniers mois revers et défaites cuisantes dans les deux pays.

Dans son fief syrien de Raqa (nord), l'organisation extrémiste est confrontée à une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington. Vendredi, les FDS ont annoncé avoir pris le contrôle de la vieille ville, se rapprochant de la zone où sont retranchés les djihadistes dans le cœur densément peuplé de cette métropole.

L'EI est également sous pression à Deir Ezzor (est), la dernière province syrienne qu'il contrôle. L'armée du régime, soutenue par la Russie, a lancé en mai une offensive d'envergure pour chasser l'organisation extrémiste d'une région désertique qui s'étend depuis le centre de la Syrie jusqu'aux frontières irakienne et jordanienne.