La police turque a une nouvelle fois fondu, dimanche, sur la marche des Fiertés LGBTQ +à Istanbul, interpellant sans ménagement plus de 200 personnes, militants et journalistes, dont un photographe de l’AFP.

Avant même le début du rassemblement, la police anti-émeutes a effectué une descente musclée dans plusieurs bars du quartier de Cihangir, autour de l’emblématique place Taksim, et a arrêté «au hasard» les personnes qui s’y trouvaient, a constaté l’AFP.

Lire aussi: Lesbienne et Ukrainienne: «Si Poutine occupe mon pays, je suis morte»

Selon le comptage des organisateurs de la marche, quelque 200 personnes ont au total été appréhendées en plusieurs vagues. Certaines, dont le photographe de l'AFP Bülent Kilic, ont été relâchées peu avant 23h00 locales, plus de six heures après leur interpellation. Mais la plupart des personnes interpellées étaient toujours aux mains de la police, selon les organisateurs de la marche et l'association de défense des droits LGBTQ+, Kaos LG. Douze personnes ont été également arrêtées dans la ville d'Izmir (ouest), selon Kaos LG.

Amnesty International a réclamé leur «libération inconditionnelle et immédiate» sur Twitter. L'organisation de défense de la presse Reporters sans Frontières (RSF) a regretté que les autorités turques semblent «avoir pris l'habitude d'arrêter le photojournaliste de l'AFP, Bülent Kilic». «Malgré trois condamnations prononcées par la Cour constitutionnelle ces trois dernières années, les forces de l'ordre continuent les violences et les détentions arbitraires contre les journalistes», a ajouté le représentant de RSF, Erol Onderoglu.

«L’occasion de défendre nos droits»

Comme chaque année désormais, la marche des Fiertés avait été officiellement interdite par le gouverneur de la ville mais des centaines de manifestants brandissant des drapeaux arc-en-ciel se sont rassemblés dans les rues adjacentes à la place Taksim, entièrement fermée au public.

En chantant «L’avenir est queer», «Vous ne serez jamais seuls» ou «On est là, on est queer, on n’ira nulle part ailleurs», les manifestants ont ensuite défilé pendant un peu plus d’une heure dans les rues du quartier de Cihangir, soutenus par les riverains postés aux fenêtres. «On essaie de nous interdire, de nous empêcher, de nous discriminer et même de nous tuer à chaque minute de notre existence», a confié à l’AFP Diren, 22 ans.

Lire également: La policie privilégie la piste du «terrorisme islamiste» après la fusillade près d’un bar gay à Oslo

«Mais aujourd’hui, c’est l’occasion de défendre nos droits, de crier qu’on existe: jamais vous n’arriverez à arrêter les queers», ajoute Diren, usant du vocable qui désigne toute forme d’altersexualité et réfute la définition biologique du genre. Selon plusieurs témoins, la police a tenté d’empêcher la presse de filmer les arrestations.

Bülent Kilic, photographe expérimenté et primé de l’AFP, habitué aux zones de conflit, a été menotté dans le dos, le tee-shirt arraché et embarqué avec d’autres dans un fourgon de police. Il avait déjà été arrêté l’an passé dans les mêmes circonstances.

Des manifestations interdites chaque année

Après un spectaculaire défilé en 2014 de plus de 100 000 personnes à Istanbul, les autorités turques ont interdit la marche des Fiertés année après année, officiellement pour des raisons de sécurité.

Vendredi, la Commissaire européenne aux droits humains, Dunja Mijatovic, avait appelé «les autorités d’Istanbul à lever l’interdiction en vigueur sur la marche des Fiertés et à garantir la sécurité des manifestants pacifiques». «Les droits humains des personnes LGBT en Turquie doivent être protégés», ajoutait-elle, en réclamant qu’il soit «mis fin à (leur) stigmatisation».

Un pouvoir hostile aux communautés LGBTQ +

L’homosexualité, dépénalisée en Turquie depuis le milieu du XIXe siècle (1858), n’est pas interdite mais reste largement soumise à l’opprobre sociale et à l’hostilité du parti islamo-conservateur au pouvoir, l’AKP, et à celle du gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan. Un ministre a traité par le passé les homosexuels de «détraqués».

Lire encore: Les droits LGBTQ évoluent, les brimades perdurent

En 2020, la plateforme Netlix avait été contrainte de renoncer à la production d’une série en Turquie parce qu’elle présentait un personnage gay et n’avait pas obtenu le feu vert des autorités.

La même année, la marque française d’équipements et vêtements sportifs Decathlon avait fait l’objet d’appels au boycott en Turquie pour avoir véhiculé dans ses campagnes des messages de soutien et de tolérance aux communautés LGBTQ +.