Publicité

Plus de 2000 vols annulés, Guy Parmelin appelle à la prudence... les nouvelles du 24 décembre

Le secteur aérien peine à faire décoller ses avions, Genève Aéroport s'attend à accueillir moitié moins de passagers et Guy Parmelin fait ses vœux de Noël... notre suivi sur le front du virus

A l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, le 23 décembre 2021 — © Remko de Waal/AFP
A l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, le 23 décembre 2021 — © Remko de Waal/AFP

L’essentiel

Dans ses vœux de Noël, le président de la Confédération Guy Parmelin appelle à jouir des fêtes tout en restant prudent. Il conseille aux personnes symptomatiques de se faire tester avant toute réunion familiale.

La pandémie a un fort impact sur le trafic aérien.  Plus de 2000 vols ont été annulés dans le monde la veille de Noël. Genève Aéroport s'attend à une chute de fréquentation pour les Fêtes.

L’Equateur  a rendu la vaccination obligatoire dès l’âge de cinq ans , une première mondiale.

Retrouvez notre suivi de la journée de jeudi.

■ Plus de 2000 vols annulés dans le monde la veille de Noël

Les compagnies aériennes ont dû annuler plus de 2000 vols dans le monde, dont près d'un quart aux Etats-Unis, notamment face au variant Omicron. Selon le site Flightaware, on comptait à 15h40 GMT déjà au moins 2116 annulations de vols vendredi, dont 499 sont des trajets liés aux Etats-Unis, qu'il s'agisse de liaisons internationales ou internes. Jeudi, 2231 vols avaient été annulés, selon la même source.

De nombreuses compagnies ont évoqué la nouvelle vague de la pandémie, qui frappe notamment les équipages, comme une des principales causes liées à ces annulations. Selon Flightaware, United Airlines a ainsi dû annuler plus de 170 vols vendredi, soit 9% de ceux qui étaient programmés. «Le pic de cas d'Omicron à travers le pays cette semaine a eu un impact direct sur nos équipages et les personnes qui gèrent nos opérations», a expliqué la compagnie, qui a assuré s'efforcer de trouver des solutions pour faire partir les passagers affectés.

Delta Air Lines a également annulé 145 vols, selon Flightaware, invoquant à la fois Omicron et, ponctuellement, des conditions météo défavorables. «Les équipes Delta ont épuisé toutes les options et les ressources» avant d'en venir à ces annulations, plaide la ligne aérienne. Plus de dix vols d'Alaska Airlines, dont des employés ont indiqué «avoir été potentiellement exposés au virus» et ont dû s'isoler en quarantaine, ont aussi été annulés. Ces annulations viennent perturber la volonté de renouer cette année avec les déplacements pour les fêtes, après un Noël 2020 frappé de plein fouet par la pandémie.

■ Dans le canton de Vaud, la centrale téléphonique des médecins de garde subit le covid

La centrale téléphonique des médecins de garde (CTMG) de la Fondation urgence santé (FUS) fonctionnera en mode réduit les nuits du 24, 25 et 26 décembre. La FUS subit aujourd'hui de plein fouet l'épidémie et doit faire face à l'absence subite de personnel malade. Tout le système de santé étant actuellement sous très forte tension, il n'a pas été possible de trouver des solutions de remplacement à si court terme, indique le canton de Vaud.

Cette situation n'a pas d'impact sur la prise en charge des urgences, assurent les autorités sanitaires. Les appels sanitaires urgents seront assurés par la centrale du 144, dont l'équipe est renforcée, de même que le service du Secutel et les liens avec les services de police.

Mais concrètement, la CTMG sera exceptionnellement indisponible les nuits du 24, 25 et 26 décembre entre 23h00 et 07h00. Elle se trouve confrontée depuis plusieurs mois à une augmentation massive du nombre d'appels quotidiens, explique le canton. Une grande partie de ces appels ne concerne pas directement cette hotline, dont la mission est de répondre aux demandes d'aide médicale et de détresse psychologique en collaboration avec les médecins.

■ Le Chili administrera une 4e dose de vaccin à partir de février

Le Chili administrera à partir de février une quatrième dose de vaccin contre le coronavirus, en commençant par les catégories à risque avant d’étendre la mesure au reste de la population, a annoncé le président Sebastian Piñera.

© JAVIER TORRES/AFP
© JAVIER TORRES/AFP

«La principale préoccupation et la priorité est de protéger la vie et la santé de nos compatriotes», a-t-il déclaré jeudi lors d’un événement marquant le premier anniversaire du lancement par le Chili de sa campagne de vaccination. Les premiers à recevoir la piqûre de rappel seront les travailleurs de la santé, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques.

Lire aussi:  Face à Omicron, Israël pique encore

■ Les Etats-Unis rouvriront leurs frontières aux voyageurs de huit pays africains

Les Etats-Unis lèveront le 31 décembre, après un peu plus d’un mois, les restrictions aux voyages pesant sur huit pays africains, qui avaient été imposées pour ralentir la propagation du variant Omicron, a fait savoir vendredi sur Twitter un porte-parole de la Maison-Blanche.

L’arrivée sur le sol américain est actuellement interdite aux personnes venant d’Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d’Eswatini, du Mozambique et du Malawi, une décision qui avait été annoncée le 26 novembre «par excès de précaution», a rappelé la Maison-Blanche.

■ Le marché de Noël de Montreux affiche un bilan positif

Le traditionnel marché de Noël de Montreux se termine vendredi sur un bilan positif. Les organisateurs se disent surpris de la bonne affluence compte tenu du contexte de la pandémie. Cette 27e édition devrait flirter avec les 400 000 visiteurs.

«C’est énorme. Nous avons vraiment eu beaucoup de monde, surtout les week-ends mais aussi en fin de semaine», se félicite Yves Cornaro, président du Marché de Noël Montreux. «C’est un bilan positif, les exposants sont très contents et les gens étaient très heureux de sortir, de se retrouver, de boire un verre ensemble», résume-t-il.

© Cyril Zingaro/Keystone
© Cyril Zingaro/Keystone

L’affluence de l’édition 2021, qui a débuté le 19 novembre, est vue comme un semblant de retour à la normalité. «C’était une édition généreuse, tout sauf au rabais». Le marché montreusien attire en général entre 450 000 et 550 000 personnes, avec un pic record de près de 600 000 visiteurs en 2019. En 2020, avec des restrictions et un format très réduit, il avait accueilli environ 350 000 personnes.

«Il y a eu une forte présence de visiteurs suisses alémaniques», souligne son président, «mais moins de touristes étrangers, beaucoup moins d’autocars venant d’Italie ou d’Espagne que d’habitude». Il n’empêche, sur le plan humain et social, c’est «une réussite», dit Yves Cornaro. «On a senti un besoin des gens de retrouver ce lien social dans une convivialité et chaleur collective».

■ Pour les fêtes de fin d’année, Guy Parmelin appelle à la prudence

Dans ses vœux de Noël, le président de la Confédération Guy Parmelin a appelé à jouir des fêtes tout en restant prudent. «Profitons de ces moments privilégiés en famille», a tweeté le Vaudois. «N’oublions toutefois pas que le coronavirus ne fait pas de pause: soyez prudents, respectez les gestes barrières et faites-vous tester en cas de symptômes. Restons solidaires», a-t-il ajouté.

Son collègue Ignazio Cassis, qui présidera la Confédération en 2022, a également envoyé ses vœux par tweet: «La pandémie a changé la donne, mais cela n’empêche pas d’apprécier ce qui nous unit. Fêtons en sécurité, mais unis par la pensée partout en Suisse».

Les sept membres du Conseil fédéral sont actuellement en vacances de fin d’année. La prochaine séance ordinaire du gouvernement est prévue le 12 janvier 2022. Selon l’évolution de la situation sanitaire, le collège pourrait toutefois se réunir avant déjà. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ne publiera pas les chiffres quotidiens des infections au Covid-19 du 24 au 26 décembre ainsi que du 31 décembre au 2 janvier, a-t-il annoncé vendredi.

■ Moitié moins de passagers à Genève Aéroport pour Noël

La pandémie a un fort impact sur le trafic aérien. Pour Noël, Genève Aéroport s’attend à voir passer moitié moins de passagers qu’en 2019. Dimanche, qui sera la journée la plus importante de la période, 33 000 passagers seront pris en charge. «C’est moitié moins que le trafic normal d’avant la pandémie», a indiqué vendredi Ignace Jeannerat, porte-parole de Genève Aéroport.

Lire aussi: Un nouvel hiver compliqué s’annonce pour les compagnies aériennes

La plateforme s’attend à 25 000 passagers vendredi, soit 40% du trafic de 2019. Le jour de Noël, qui est toujours le plus calme, 18 000 passagers devraient passer par Genève, selon les prévisions.

© Salvatore Di Nolfi/Keystone
© Salvatore Di Nolfi/Keystone

La plupart des pays ont restreint les conditions d’entrée sur leur territoire pour limiter la propagation du variant Omicron. La France impose une quarantaine de dix jours aux personnes venant de Grande-Bretagne. Habituellement prisés par les amateurs de neige, les vols en provenance de Grande-Bretagne affichent un taux de remplissage très faible, de l’ordre de 35% à 38%. «L’aéroport fonctionne normalement compte tenu des circonstances», note Ignace Jeannerat. La vérification du respect des mesures sanitaires du pays de destination se fait au check-in ou à l’embarquement.

■ Les soldats devront se soumettre à un test covid

Les soldats qui entrent en service en janvier devront présenter un test PCR ou antigénique négatif avant le début de l’école de recrues. En raison de la pandémie, les congés et les sorties sont annulés durant au moins tout le mois.

L’armée veut ainsi éviter une transmission du virus entre les civils et les militaires. Ces mesures de protection s’appliquent pour 11 200 recrues et 2500 cadres. Le coût du test sera remboursé par l’armée, précise celle-ci dans un communiqué diffusé vendredi.

Les soldats dont le résultat du test est positif ou qui présentent des symptômes devront rester chez elles. Si leur état de santé le leur permet, ils commenceront leur formation à distance. Les mesures de protection seront levées en fonction de la situation épidémiologique. L’armée envisage également une entrée en service échelonnée pour les écoles de recrues. Une décision sera prise en début d’année.

■ Dans son message de Noël, Boris Johnson exhorte à se faire vacciner

«Première» dose, «deuxième» ou rappel, le premier ministre britannique Boris Johnson exhorte dans son message de Noël les Britanniques à se faire vacciner contre le coronavirus en guise de cadeau «merveilleux» au Royaume-Uni. «Après deux ans de pandémie, je ne peux pas dire que nous en sommes sortis», déclare Boris Johnson dans son allocution qui sera diffusée vendredi, alors que le variant Omicron entraîne une montée en flèche des nouveaux cas, qui battent des records et ont franchi deux jours consécutifs le seuil des 100 000.

Lire aussi: Que faire quand on est vacciné mais cas contact ou infecté?

Contrairement à l’année dernière, où, alors que la campagne de vaccination débutait à peine, des restrictions avaient été imposées juste avant Noël en raison de l’apparition du variant Alpha plus contagieux, Boris Johnson n’entend pas pour l’heure faire de même cette année.

■ Exode pour les fêtes aux Etats-Unis malgré l’avancée d’Omicron

Des millions d’Américains ont commencé à voyager à travers les Etats-Unis pour les fêtes malgré l’avancée rapide du variant Omicron, qui ravive les craintes liées à la pandémie et suscite une nouvelle ruée sur les tests de dépistage.

Avec 171 000 cas quotidiens en moyenne sur sept jours, selon le site Covid Act Now, la vague due à Omicron, déjà largement dominant parmi les nouvelles infections, est sur le point de dépasser le pic de celle due au variant Delta. Même si les politiques et restrictions varient d’un Etat à l’autre, le président Joe Biden a donné le ton mardi en incitant ses compatriotes à ne «pas paniquer» et, grâce aux vaccins et aux tests, à fêter Noël avec leurs proches comme prévu – en évitant toutefois les trop grands rassemblements.

Lire également: Face à Omicron, les scientifiques conseillent de durcir le ton pendant les Fêtes