La grève générale contre l’austérité, décrétée mercredi au Portugal, est «la plus grande grève jamais réalisée» dans l’histoire du pays, a affirmé le secrétaire général de la centrale syndicale UGT, Joao Proença. «Elle est plus importante que celle de 1988», année de la dernière grève générale unitaire du pays, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Les deux principales centrales syndicales portugaises, CGTP et UGT, unies pour la première fois depuis 22 ans, avaient appelé mercredi à une grève générale pour protester contre la politique d’austérité imposée par le gouvernement pour réduire les déficits publics et rassurer les marchés financiers. Le mouvement provoquait la paralysie quasi totale des transports publics, alors que tous les vols commerciaux au départ comme à l’arrivée au Portugal étaient annulés. Les secteurs de la santé comme de l’éducation étaient également particulièrement touchés.

«Dans la grande majorité des cas, la mobilisation est même plus forte que lors des grèves sectorielles et ne concerne pas seulement le secteur public mais aussi le secteur privé», a souligné Joao Proença.

Forte adhésion dans le secteur des transports

Dans un premier point réalisé peu après 13 heures, la ministre du Travail Helena André a qualifié quant à elle de «très réduite» la mobilisation du secteur privé, précisant «se fonder sur la consommation de l’électricité qui n’a pas baissé». Selon la ministre, le secteur «le plus affecté» par le mouvement est celui des transports, avec «un taux d’adhésion variable entre 5,9 et 95%, selon les entreprises».

La dernière grève générale au Portugal remonte à mai 2007 mais avait été organisée à l’époque par la seule CGTP, proche du Parti communiste, pour protester contre la politique de rigueur menée par le premier gouvernement de José Socrates, déjà pour redresser les déficits.