«Deux terroristes sont entrés dans une synagogue dans le quartier de Har Nof armés d’un pistolet, d’une hache et d’un couteau. Ils ont attaqué les fidèles avant d’être neutralisés», a indiqué la police en précisant qu’ils avaient été tués. Cinq des neuf blessés dans l’attaque sont dans un état «critique», ont ajouté les services de secours. Quatre seraient morts, selon des médias israéliens.

Les deux auteurs de l’attaque ont été tués.

Le Hamas et le Djihad islamique, les deux principales forces islamistes palestiniennes ont salué mardi l’attentat contre une synagogue à Jérusalem, le plus meurtrier depuis des années dans la Ville sainte.

Cette attaque est une «réponse au meurtre du martyr Youssef Ramouni», un conducteur palestinien de bus retrouvé mort lundi dans son véhicule à Jérusalem-Ouest, a assuré le Hamas.

Tensions croissantes

Alors que les tensions se sont multipliées ces dernières semaines autour de l’ultrasensible esplanade des Mosquées dans la vieille ville de Jérusalem, les Palestiniens dénonçant comme des provocations les nombreuses visites d’extrémistes juifs sur ce lieu saint, le porte-parole du mouvement islamiste, Sami Abou Zouhri, a ajouté que cette attaque était également «une réponse à la série de crimes de l’occupant (israélien) à (la mosquée d’) Al-Aqsa».

«Le Hamas «appelle à poursuivre les opérations», a-t-il encore dit, alors que Jérusalem a récemment connu plusieurs attentats, notamment à la voiture bélier. Aucun n’a été revendiqué, mais certains ont été menés par des membres du Djihad islamique ou du Hamas.

Le Djihad islamique, de son côté, a vu dans l’attaque, menée à la hache et au pistolet selon la police israélienne, «une réponse naturelle aux crimes de l’occupant»

Benyamin Netanyahou, le premier ministre israélien, rend responsables le Hamas et Mahmoud Abbas, le dirigeant palestinien, et a promis une réaction «heavy-handed» – forte.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné mardi l’attentat meurtrier contre une synagague à Jérusalem-Ouest, après avoir été violemment pris à parti par les dirigeants israéliens qui lui en ont fait porter la responsabilité. M. Abbas a condamné dans un communiqué «le meurtre de fidèles priant dans une synagogue» tout en condamnant dans le même temps «le meurtre de civils de quelque bord qu’ils soient».

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a dénoncé mardi comme un acte de «pure terreur» l’attaque menée contre une synagogue à Jérusalem par deux Palestiniens et qui a coûté la vie à quatre Israéliens.

Le chef de la diplomatie américaine, en visite à Londres, a condamné un «acte de pure terreur d’une brutalité insensée», et appelé les dirigeants palestiniens à «le condamner» à leur tour.