L'essentiel

Le variant britannique du coronavirus, plus contagieux, semble aujourd'hui également plus mortel, une annonce illustrant les risques posés par les différentes mutations, qui conduisent la Belgique à interdire vendredi à sa population de voyager hors des frontières pour des voyages non essentiels à compter de mercredi jusqu'au 1er mars.

Les livraisons du vaccin AstraZeneca/Oxford en Europe seront moins importantes que prévu en raison d'une «baisse de rendement» sur un site de fabrication.

Vendredi, les autorités fédérales ont publié les premiers chiffres complets des vaccinations dans les cantons.

Certains cantons, dont le Valais et Berne, annoncent être presque au bout de leurs stocks de vaccins.

Retrouvez notre suivi du vendredi 22


■ Israël étend la vaccination aux adolescents

Israël commence à vacciner samedi les adolescents, dans le cadre de la campagne nationale qui a déjà couvert un quart de la population israélienne.

Quelque 2,5 millions de personnes, sur une population de neuf millions, ont déjà reçu une première dose de vaccin, dont 900'000 la seconde. Cette nouvelle étape de la campagne intervient alors que le pays connaît un troisième confinement national strict depuis la fin du mois de décembre.

L'Etat hébreu a pu obtenir un stock important du vaccin du géant pharmaceutique Pfizer en échange notamment du partage rapide de données sur les effets de cette immunisation sur sa population.

Le gouvernement israélien a commandé un total de 14 millions de doses auprès des laboratoires Pfizer-BioNTech et Moderna. Et a déjà reçu la livraison de plusieurs millions de flacons.

■ Aux Etats-Unis, nouveau record de cas et décès de Larry King

Le célèbre journaliste américain Larry King, atteint du virus et hospitalisé depuis plus d'une semaine à Los Angeles, est décédé samedi.

Le journaliste de 87 ans souffrait de diabète de type 2 et a connu de nombreux problèmes médicaux, notamment plusieurs crises cardiaques, un cancer du poumon et une angine de poitrine, une maladie causée par une diminution du flux sanguin vers le coeur.

Il est l'une des figures les plus marquantes de l'histoire de la télévision américaine, connu pour ses manches de chemise retroussées, ses cravates multicolores, ses bretelles et ses grandes lunettes. Il a présenté pendant 25 ans l'émission «Larry King Live». Il a interviewé tous les présidents américains depuis 1974 et des dirigeants tels que le Palestinien Yasser Arafat ou le Russe Vladimir Poutine, ainsi que des stars comme Frank Sinatra, Marlon Brando ou Barbra Streisand.

Les États-Unis battent par ailleurs samedi un nouveau record du nombre de contaminations quotidiennes, avec 277'346 nouveaux cas, selon l'université Johns-Hopkins. Le même jour, 2378 personnes sont décédées du virus dans le pays.

De loin le plus durement frappé par le coronavirus, le pays recense un total de 20,38 millions de cas depuis le début de la pandémie et 349'920 morts.

La campagne de vaccination a démarré le 14 décembre. Plus de 4,2 millions d'Américains ont déjà été immunisés, soit bien moins que les 20 millions promis par le gouvernement du président sortant Donald Trump avant la fin de 2020. L'opération se heurte à d'importants retards dans la distribution du vaccin.

■ Italie : la Lombardie confinée par erreur pendant une semaine

La Lombardie, le coeur économique du nord de l'Italie, a été confinée et classée «zone rouge» à tort pendant une semaine en raison de statistiques régionales erronées, mais un décret gouvernemental signé samedi rectifie le tir.

Dimanche, la Sardaigne repassera aussi de zone rouge en zone orange, moins contraignante car permettant de se déplacer dans sa commune sans autorisation, qui concernera désormais au total 14 régions italiennes.

La Sicile (sud) et la province autonome de Bolzano (nord) demeurent classées pour leur part dans la catégorie rouge du plus haut risque, qui oblige notamment la population à rester en confinement à la maison dans sa commune, sauf pour motifs de travail et de santé. Seuls les commerces de première nécessité y sont ouverts.

■ Pour la France, dernier arrêt avant reconfinement?

Renforcement des gestes barrières, test négatif demandé aux frontières: le gouvernement prend de nouvelles mesures pour éviter une nouvelle vague épidémique, rendue plus dangereuse par les variants, mais il n'exclut plus de décréter un troisième confinement en moins d'un an.

«L'hypothèse du confinement est de plus en plus probable», a déclaré à l'AFP une source gouvernementale, en citant des projections rendues publiques par l'Inserm et l'Institut Pasteur qui prévoient une hausse exponentielle de l'épidémie à cause de son variant anglais, plus contagieux.

«Si on voit dans les jours à venir des effets positifs du couvre feu à 18H00, on se dira peut être qu'on a encore une ou deux semaines de marge de manoeuvre. Mais ça nous semble peu probable que cela soit suffisant», a ajouté cette même source.

Vendredi, le nombre de patients en réanimation étaient de 2.902 tandis que 323 personnes atteintes du Covid-19 sont mortes à l'hôpital, soit un total de 72.647 décès depuis le début de l'épidémie.

■ Théâtres, cinémas, concerts: l'exception culturelle espagnole en pleine pandémie

Dans un monde transformé par la pandémie, l'Espagne fait figure d'oasis culturelle: théâtres, cinémas ou salles de spectacles peuvent y ouvrir malgré la reprise galopante des contagions.

Jauge réduite, écart entre les spectateurs, vestiaire et bars fermés, nouveaux systèmes d'aération, traçage des éventuels cas: sur la base d'un strict protocole sanitaire, les lieux culturels ont été autorisés à rouvrir l'été dernier, après un confinement des plus sévères, et le sont toujours en dépit de la reprise de l'épidémie, contrairement à la France ou à l'Allemagne par exemple.

Au prix d'un investissement parfois colossal pour les salles. Le Théâtre Royal, où l'on a pu apercevoir mi-septembre le roi et la reine, a ainsi dépensé «un million d'euros» notamment pour pouvoir désinfecter avec des rayons ultra-violets la salle, les loges et même les costumes.

Les artistes n'échappent pas aux nouveaux rituels: outre la distanciation et les cloisons de protection, les musiciens, régulièrement testés, portent tous un masque, instruments à vent exceptés.

■ Un an après le confinement de Wuhan, la pandémie ne faiblit pas

Un an jour pour jour après le spectaculaire confinement décrété à Wuhan, désormais débarrassée du coronavirus, nombre de pays n'ont toujours pas d'autres solutions que de restreindre déplacements et activités pour espérer en finir avec une épidémie qui ne faiblit pas.

«Nous sommes à 400'000 morts, et cela devrait atteindre beaucoup plus que 600'000», déclarait vendredi le nouveau président américain Joe Biden, qui n'avait jamais évoqué un bilan si lourd.

A Wuhan, berceau de la pandémie qui a fait plus de deux millions de morts, la ville est désormais totalement débarrassée du virus depuis mai dernier, même si un regain épidémique limité s'est matérialisé ces derniers jours dans d'autres régions de Chine. Pékin a entamé vendredi le dépistage de deux millions de ses habitants après quelques cas de Covid, dont certains du variant anglais.

■ Le variant britannique plus mortel

Le variant du coronavirus découvert pour la première fois en Grande-Bretagne pourrait être plus mortel encore, selon le Premier ministre britannique Boris Johnson. Pour les hommes âgés d'une soixantaine d'années, le risque de mortalité est de 10 sur 1000 avec le virus, un chiffre qui atteint 13 à 14 sur 1000 avec le nouveau variant.

L'agence européenne chargée des épidémies relève de son côté à «élevé/très élevé» le risque lié aux nouveaux variants, prévoyant «une escalade rapide de la rigueur des mesures dans les semaines à venir».

Face à ce risque, plusieurs pays réagissent. Un couvre-feu nocturne entre en vigueur samedi aux Pays-Bas tout comme un nouveau confinement pendant le week-end en Colombie. En Israël, il faut désormais un test obligatoire pour être autorisé à entrer dans le pays. La Belgique interdit à sa population les voyages non essentiels hors des frontières à compter de mercredi jusqu'au 1er mars. Sous confinement depuis une semaine, le Portugal a fermé vendredi ses écoles, crèches et universités pour 15 jours.