La police algérienne a annoncé, lundi, avoir arrêté 27 personnes soupçonnées d'appartenir à un groupe séparatiste qu'Alger considère comme une organisation «terroriste».

Ces personnes ont été arrêtées au cours des dernières 48 heures dans le cadre d'une affaire d'«atteinte à l'unité nationale, d'atteinte à l'ordre public et d'incitation à un attroupement», car elles sont soupçonnées d'appartenir au Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), ont indiqué les autorités dans un communiqué.

La revue de presse: En Algérie, les islamistes ont-ils fait main basse sur les manifestations?

Le communiqué précise que 25 personnes ont été arrêtées à Kherrata (nord), où des affrontements ont eu lieu la semaine dernière entre des manifestants et la police après l'interdiction d'une marche de soutien aux prisonniers d'opinion. Deux autres personnes ont été arrêtées dans une zone située à environ 60 kilomètres (37 miles).

Le journaliste Hassan Bouras arrêté

Des «vêtements militaires, des armes blanches» et du matériel MAK ont été découverts au domicile des personnes arrêtées, ajoute le communiqué, qui ajoute que les suspects tentaient de «semer la discorde et la peur parmi les citoyens et de réactiver les cellules dormantes de cette organisation terroriste, sur ordre de parties étrangères».

Dimanche, la Ligue algérienne des droits de l'homme (LADDH) avait demandé la libération de plus de 20 personnes qui, selon elle, avaient été arrêtées.

Par ailleurs, selon la LADDH, les autorités ont arrêté lundi «le journaliste et défenseur des droits de l'homme Hassan Bouras» et perquisitionné son domicile à El Bayadh (nord-ouest), pour des motifs inconnus. Hassan Bouras, qui est également membre de la LADDH, avait été condamné à un an de prison en 2016 pour avoir «insulté un juge, un membre des forces publiques et un organe gouvernemental».

Le groupe de défense des droits humains Amnesty International avait alors qualifié Bouras de «prisonnier d'opinion» et déclaré qu'il avait été condamné «pour une vidéo dénonçant la corruption de responsables locaux dans la ville d'El Bayadh».

Lire encore: Coup de filet contre l'opposition à la veille des élections en Algérie

Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), environ 200 personnes sont en prison en lien avec le mouvement de protestation pro-démocratie Hirak qui secoue le pays sporadiquement depuis 2019, ou sur les libertés individuelles. Kherrata est considérée comme le berceau de ces protestations.