République Democratique du Congo

La police congolaise accuse des rebelles d'avoir massacré 39 agents

Une «embuscade» aurait été tendue par des miliciens Kamwina Nsapu à Kamuesha. Le centre de la République démocratique du Congo subit les violences depuis plus de six mois

La police congolaise a accusé lundi une rébellion d'avoir massacré 39 de ses agents au Kasaï, région du centre de la République démocratique du Congo en proie à la violence depuis plus de six mois.

Cette accusation survient à deux jours d'un vote prévu au Conseil de sécurité de l'ONU sur le renouvellement du mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) - la plus grosse force de maintien de la paix onusienne au monde (très peu présente au Kasaï), alors que la situation de la RDC, en proie à une crise politique, sécuritaire, économique et sociale inquiète ses voisins et la communauté internationale.

Lundi, la fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) a dit redouter que «la situation sécuritaire précaire qui règne en RDC» dégénère «très rapidement» et plonge «dans des violences généralisées» un pays dont la partie orientale reste également déstabilisée depuis des années par la présence de nombreuses milices.

«Enterrés par leurs bourreaux dans une fosse commune»

Selon le colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police, 39 «vaillants policiers» seraient tombés vendredi matin dans une «embuscade» tendue par des miliciens Kamwina Nsapu à Kamuesha, à environ 75 km au nord-est de Tshikapa, capitale de la province du Kasaï.

Ils ont été «enterrés par leurs bourreaux dans une fosse commune», a ajouté l'officier dans un communiqué annonçant «que des dispositions urgentes ont été prises pour mettre définitivement un terme à l'insécurité qui sévit» au Kasaï «par la mise hors d'état de nuire» des partisans de Kamwina Nsapu.

La rébellion Kamwina Nsapu porte le nom d'un chef coutumier kasaïen entré en conflit avec les autorités provinciales et le pouvoir central et tué par les forces de l'ordre en août. Elle a été accusée par l'ONU de recruter des enfants et d'avoir commis de nombreuses atrocités.

Lire aussi: Au moins 42 civils tués dans un nouveau massacre en RDC

En face, les forces de l'ordre se voient régulièrement reprocher par les Nations unies de faire un usage disproportionné de la force contre des miliciens armés essentiellement de bâtons et de lance-pierres.

Des discussions dans l'impasse

Depuis le début de la rébellion, les violences ont fait au minimum 400 morts. Mi-mars, la justice militaire congolaise a annoncé avoir arrêté sept soldats dans le cadre d'une enquête diligentée après la publication sur les réseaux sociaux d'une vidéo mettant en cause un peloton militaire dans un massacre présumé perpétré au Kasaï-oriental.

Partie du Kasaï-central, la province d'origine de Kamwina Nsapu, la contestation a contaminé trois autres provinces, sur fond de misère généralisée dans cette zone enclavée, largement dépourvue d'infrastructures, et acquise à l'opposant historique Étienne Tshisekedi (originaire du Kasaï), mort le 1er février pendant des négociations politiques destinées à sortir pacifiquement le pays de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Lire aussi: RDC: un opposant historique décède à un moment crucial de l'histoire du pays

Agé de 45 ans, Joseph Kabila, à qui la Constitution interdit de se représenter, est arrivé au terme de son second mandat le 20 décembre et reste à son poste en vertu d'un arrêt controversé de la Cour constitutionnelle.

Sous l'égide de l'Église catholique, majorité et opposition ont signé le 31 décembre un accord de cogestion du pays prévoyant le maintien au pouvoir de Joseph Kabila jusqu'à l'entrée en fonction d'un successeur devant être élu lors d'une présidentielle censée avoir lieu avant la fin de l'année, et la formation d'un gouvernement élargi dirigé par un membre de l'opposition. Près de trois mois après la signature de l'accord, ce nouveau gouvernement n'a toujours pas été formé et la perspective de la tenue des élections dans le délai prévu par l'accord de la Saint-Sylvestre ne cesse de s'éloigner.

Lundi soir, les évêques catholiques qui assurent la médiation entre les deux parties (qu'ils accusent mutuellement de mauvaise volonté) ont constaté une nouvelle fois leur impuissance à les mettre d'accord, sans pour autant jeter l'éponge.

«Les résultats obtenus sont loin de satisfaire les attentes de la population», a déclaré Mgr Marcel Utembi, président de la Conférence épiscopale nationale congolaise (Cenco), en constatant «l'impasse politique [des] discussions" après un nouveau cycle de négociations infructueuses.

Publicité