L'essentiel

La police a dispersé des manifestants à Altdorf, dans le canton d'Uri. Lonza va créer 1200 emplois à Viège. Roche est à court d'autotests depuis vendredi après-midi. Plusieurs villes dans le monde se reconfinent face à la flambée des cas. A Saint-Gall, la nuit a été relativement calme, malgré des appels à la violence. 

Retrouvez notre suivi de la journée de vendredi


■ La police a dispersé des manifestants à Altdorf

La police a dispersé samedi après-midi à Altdorf un rassemblement non autorisé d'opposants aux mesures anti-Covid. La situation s'est quelque peu tendue avec un groupe de sonneurs de cloches près du monument de Guillaume Tell. Les manifestants s'étaient retrouvés peu avant midi dans le chef-lieu cantonal. Certains portaient de petites pancartes, la plupart se tenant autour du monument. Les forces de police, venues de plusieurs cantons et préparées à une intervention, leur ont demandé à plusieurs reprises de quitter les lieux et ont annoncé des contrôles d'identité.

Les manifestants ont quitté la place après quelques huées puis sont revenus peu après. Vers 14h00, une colonne de manifestants masqués et habillés de noir est apparue. «Nous pleurons la liberté», pouvait-on lire sur un panneau. Un haut-parleur diffusait le Requiem de Mozart. La police a alors lancé un ultimatum, exigeant la dispersion du rassemblement dans les deux minutes. La plupart ont obtempéré, mais un petit groupe est resté sur place et s'est fait contrôler par la police.

La manifestation n'en était pas pour autant finie: un groupe de sonneurs de cloches s'est réuni autour du Monument de Tell sous les applaudissements de la foule. Les forces de l'ordre ont alors fait usage de gaz lacrymogène. Les opposants aux mesures anti-Covid avaient lancé des appels à une grande manifestation samedi à Altdorf. Mais les autorités uranaises n'ont pas autorisé le rassemblement, car l'obligation à porter le masque est difficile à faire respecter dans ce genre d'occasion. Le canton d'Uri connaît en ce moment un taux d'infection au Covid-19 très élevé. Le gouvernement cantonal avait qualifié vendredi la situation épidémiologique de «préoccupante».

■ Mieux dialoguer avec les jeunes 

Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes, estime le président de la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP). Ils ont leur mot à dire dans la crise du Covid. «On n'a jusqu'à présent pas parlé avec les jeunes», a reconnu Fredy Fässler, conseiller d'Etat saint-gallois (PS) en charge de la police, dans une interview à l'émission «Samstagrundschau» de la radio SRF. Il est d'avis qu'ils devraient être à l'avenir davantage impliqués dans la recherche de solutions.

Quant à savoir comment, la question est ouverte. Il n'exclut pas des règles spéciales pour les jeunes dans le respect des prescriptions en vigueur. «Les jeunes ont des envies différentes des personnes de 50 ans, ils veulent se rencontrer et s'amuser», note Fredy Fässler. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a d'ailleurs déclaré samedi sur les ondes de la SRF que le gouvernement cherchait le dialogue avec tout le monde, y compris les jeunes. 

Fredy Fässler a lui souligné l'importance de consulter les cantons, comme la loi sur les épidémies le prévoit en cas de situation particulière. L'avis de ceux-ci n'a pas toujours été écouté, estime-t-il.

■ Roche à court d'autotests depuis vendredi après-midi

Roche n'est plus en mesure de fournir des autotests aux pharmacies depuis vendredi après-midi. La forte demande pour dépister le coronavirus a créé une pénurie passagère. Les livraisons pourront reprendre dès le début de la semaine prochaine.

La pharma pourra alors fournir plusieurs centaines de milliers de tests à faire soi-même par jour, a-t-elle indiqué samedi à Keystone-ATS. La demande de la population pourra être entièrement couverte au cours de la semaine, selon elle.

Roche a livré environ neuf millions d'autotests aux pharmacies depuis l'homologation de son produit par Swissmedic début mars. Vendredi, plus d'un demi-million de préparations ont été distribuées aux clients en Suisse. La demande a donc été «en grande partie» satisfaite.

Selon des médias et des témoignages recueillis samedi, certaines pharmacies sont déjà confrontées à une pénurie. Dans certains cas, le client n'a reçu qu'un ou deux autotests au lieu des cinq promis. La faîtière Pharmasuisse avait indiqué mercredi, au premier jour du lancement des tests à faire à la maison, que Roche avait garanti pouvoir faire face à la demande avec une production d'un million de tests par jour.

■ A Paris, plus de 110 personnes verbalisées dans un restaurant clandestin

Plus de 110 personnes rassemblées dans un restaurant clandestin ont été verbalisées dans le XIXe arrondissement de Paris dans la nuit de vendredi à samedi et deux personnes ont été placées en garde à vue, ont indiqué samedi la préfecture de police et le parquet. Deux personnes ont été placées en garde à vue «des chefs de mise en danger de la vie d'autrui et travail dissimulé», selon le parquet de Paris.

Ces deux personnes sont présentées par la préfecture de police comme étant l'organisateur et le gérant du restaurant. Les convives ont été «verbalisés pour non-respect des mesures sanitaires», ajoute-t-elle. Selon BMFTV, 62 personnes ont été verbalisées vendredi midi dans un restaurant clandestin à Saint-Ouen. Le gérant de l'établissement a été interpellé, a précisé dans un tweet la préfecture de police. Ces affaires se produisent après la vive polémique déclenchée par la diffusion la semaine dernière d'un reportage de M6 sur des dîners clandestins luxueux. Près de 1000 clients de restaurants ouvrant illégalement ont été verbalisés à Paris depuis le 30 octobre, avait indiqué mardi le ministère de l'Intérieur.

■ Lonza va créer 1200 emplois à Viège

Lonza va engager 1200 personnes à Viège, dans le Haut-Valais; 650 ont déjà été recrutées, a indiqué le directeur du site valaisan Renzo Cicillini dans une interview au Walliser Bote parue samedi. L'entreprise active dans la chimie et la pharma trouve son personnel sur le marché du travail suisse, mais prospecte aussi à l'étranger. 

Lonza Viège a démarré en novembre dernier la production d'un principe actif pour le vaccin anti-Covid Moderna. Depuis, trois lignes de production ont été mises en service. Reste la question d'une éventuelle ligne de production du vaccin à Viège soutenue par la Confédération. 

En janvier, Lonza prévoyait de produire jusqu'à 300 millions de doses du vaccin par an dans son usine à Viège. L'entreprise déclarait vouloir démarrer sa production en Valais, «à petite échelle pour l'instant», souhaitant alors embaucher 200 employés pour fabriquer ce nouveau vaccin. Lonza produit le principe actif en Valais pour le compte de Moderna pour tous les marchés à l'exception des Etats-Unis. Le partenaire stratégique des Américains en Europe est Rovi en Espagne.

■ Nuit calme à Saint-Gall

Malgré des appels à la violence, il n'y a pas eu de nouvelles émeutes ni même de dégâts matériels à St-Gall vendredi soir. La police a toutefois expulsé de la ville 90 personnes, certaines venues depuis Berne ou Lucerne assister ou prendre part à d'éventuels troubles. Environ un tiers des personnes expulsées sont des mineurs, a indiqué la police cantonale dans un communiqué. Selon la police, 40 personnes ont été emmenées afin de procéder à des éclaircissements concernant de potentielles infractions pénales. 

Pour la quatrième fois en deux semaines, des appels à la violence avaient été diffusés sur les réseaux sociaux. Au cours du week-end pascal ainsi qu'une semaine auparavant, des émeutes avaient déjà opposé des jeunes à la police. Vendredi saint, des agents avaient dû faire usage de balles en caoutchouc contre des manifestants.

Ces émeutes font suite à celles de fin mars, lorsque 200 jeunes participaient à une fête illégale avant l'intervention de la police, qui les avait dispersés. Des heurts avaient suivi, ainsi que de nombreux dégâts matériels dans le centre-ville. Un policier avait été légèrement blessé.

■ Bombay et Bogota se reconfinent, couvre-feu en Argentine

Alors que le nombre de nouvelles contaminations flambe en Inde (+132.000 en 24H), l'Etat du Maharashtra, le plus touché par la deuxième vague de coronavirus, se confine samedi pour tout le week-end, une mesure qui affecte 125 millions de personnes et sera répétée chaque fin de semaine pendant tout le mois d'avril.

Les huit millions d'habitants de Bogota, en Colombie, vont également devoir se confiner ce week-end, a annoncé la maire de la capitale Claudia Lopez. La Colombie est le deuxième pays le plus touché par l'épidémie en Amérique Latine derrière le Brésil, avec près de 2,5 millions de cas.

L'Argentine, elle aussi sous le coup d'une augmentation exponentielle des contaminations, est depuis vendredi sous couvre-feu pour trois semaines.

■ Une facture de 160 millions de plus pour les EMS

Les EMS ont dû débourser environ 160 millions de francs de coûts supplémentaires pour faire face à la première vague de coronavirus, selon leur faîtière Curaviva Suisse. Celle-ci attend des cantons qu'ils assument leurs responsabilités en matière de financement. Le montant inclut également le manque à gagner, précise Daniel Höchli, directeur de Curaviva, dans une interview accordée au Tages-Anzeiger parue samedi. «Et pour la deuxième vague, nous sommes en train de faire les comptes», ajoute-t-il.

Curaviva Suisse attend des cantons qu'ils assument leurs responsabilités en accordant un soutien financier. Dans certains d'entre eux, on prépare le terrain, alors que dans d'autres «il n'y a pas beaucoup de volonté politique d'aider», selon Daniel Höchli. D'après lui, la poursuite de la lutte contre la pandémie nécessite un débat approfondi sur ce que les gens des EMS veulent vraiment.

■ Trudeau appelle au resserrement des mesures au Canada

Le Premier ministre Justin Trudeau a appelé vendredi au resserrement des mesures sanitaires en place au Canada au moment où l'accélération de la campagne de vaccination ne parvient pas à freiner la troisième vague de Covid-19.

«Dans plusieurs endroits au pays, des mesures plus strictes sont nécessaires pour freiner la propagation du virus», a-t-il estimé tandis que les provinces les plus peuplées, l'Ontario et le Québec, viennent de durcir leurs restrictions déjà en place. Mais certaines, comme l'Alberta (ouest), qui compte le plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19 au Canada par million d'habitants depuis une semaine, viennent à peine de refermer bars et salles à manger des restaurants. L'Ontario s'est reconfiné jeudi en fermant ses commerces non essentiels pendant un mois.