On prend les mêmes, Jaroslaw Kaczynski et Donald Tusk, et on recommence. Le futur de la vie politique polonaise, esquissé ce week-end lors des congrès des deux grands partis historiques, risque bien de se jouer dans le passé. D’un côté, l’ultra-conservateur Droit et Justice (PiS) au pouvoir depuis 2015, de l’autre, la libérale Plateforme civique (PO), au pouvoir de 2007 à 2015, et en difficulté depuis.