Les chefs des partis au pouvoir en Pologne ont annoncé le report de l'élection présidentielle polonaise, qui devait se dérouler initialement dimanche 10 mai. Un report également réclamé par l'opposition, en raison de la pandémie due au nouveau coronavirus, malgré plusieurs critiques.

La présidente de la chambre basse annoncera «la première date possible» pour une nouvelle élection, ont indiqué, dans une déclaration commune sur Twitter, le chef du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS), Jaroslaw Kaczynski, et son allié Jaroslaw Gowin. Selon la constitution polonaise, il pourrait s'agir soit du 17, soit du 23 mai.

«Une fois la date du 10 mai passée et la constatation, prévisible, par la cour suprême de l'invalidité du scrutin pour cause de non tenue, la présidente de la diète annoncera une nouvelle élection présidentielle à la première date possible», poursuit la déclaration. Les deux partis ont précisé qu'il s'agira d'un scrutin par correspondance.

Lire aussi:  Virage vers la droite de la Pologne

Jusqu'à présent, le PiS a tenu à organiser le scrutin le plus rapidement possible, afin de garantir, selon des analystes, la victoire du président sortant Andrzej Duda, issu du PiS, dont l'image risque de souffrir, à plus long terme, de l'impact de la pandémie sur l'économie polonaise.

Un conflit passé sous silence

Jaroslaw Kaczynski et son allié s'étaient pourtant jusqu'ici opposés sur la date du scrutin, Jaroslaw Gowin, chef du petit parti Porozumienie (Entente), refusant de cautionner sa tenue le 10 mai, souhaitée par Jaroslaw Kaczynski. Ce conflit n'est pas évoqué dans leur déclaration.

Avec cet accord, la coalition au pouvoir parvient à évacuer un conflit qui risquait de provoquer l'éclatement de la majorité, qui ne compte que 235 sièges sur 460. Le parti Entente de Jaroslaw Gowin dispose lui de 18 députés au parlement.

Lire aussi: Les conservateurs polonais gardent la majorité absolue au Parlement

L'opposition centriste et de gauche a violemment critiqué l'absence d'un débat démocratique et d'une campagne électorale, les candidats d'opposition étant privés de contacts avec les électeurs, alors que le président Duda était toujours très présent dans la vie publique.