Europe

La Pologne réclame 800 milliards d’euros à l’Allemagne

A la veille du 80e anniversaire de l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, le gouvernement de Varsovie a rouvert le dossier des réparations de guerre. Il entend profiter de ses bonnes relations actuelles avec Donald Trump pour parvenir à ses fins

Huit cents milliards d’euros… C’est la somme que la Pologne pourrait réclamer à l’Allemagne, en dédommagement des atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale. A la veille des élections législatives en Pologne, le 13 octobre, le parlement polonais entend préciser ses revendications dans les semaines à venir. Fin août, à la veille du voyage du président allemand Frank-Walter Steinmeier pour les célébrations du 80e anniversaire de l’invasion de la Pologne par l’armée nazie, le ministre-président Mateusz Morawiecki a rappelé que «la Pologne n’a pas été correctement indemnisée pour les horreurs subies pendant la guerre», notamment par rapport à d’autres pays moins «endommagés», «tels que la France et les Pays-Bas».

Lire aussi l'opinion suivante: «On connaît aujourd’hui le niveau de haine envers la Pologne»

Un champ de ruines 

Le parti conservateur PiS, au pouvoir depuis 2015, semble déterminé à faire valoir les revendications de la Pologne. «Le niveau de vie élevé des Allemands repose aussi sur le travail forcé des Polonais (pendant la guerre) et sur le vol de territoires polonais», argumente le député Arkadiusz Mularczyk du PiS, qui porterait bien le dossier devant le Parlement européen, afin d’augmenter la pression sur Berlin. Varsovie attend de voir comment le nouveau premier ministre grec, qui rencontre Angela Merkel cette semaine, va réagir à la fin de non-recevoir que lui a adressée Berlin sur la même question des réparations (Athènes réclame de son côté 278,7 milliards d’euros à l’Allemagne).

Le gouvernement allemand estime pour sa part le dossier «clos», argumentant qu’à trois reprises, en 1953, en 1970 et en 1990, la Pologne a renoncé à exiger réparation pour les torts subis pendant la guerre. Varsovie, qui était alors sous la coupe de l’Union soviétique, assure ne pas avoir pu à l’époque prendre de décision souveraine.

En 1945, la Pologne est un champ de ruines. Varsovie est rasée. Plus de 1000 villages y ont été rayés de la carte, dont de nombreux «Shtetlech», ces villages en bois datant pour la plupart du Moyen Age où les communautés juives vivaient en quasi-autarcie. La Pologne, avec 6 millions de victimes (un habitant sur cinq), la disparition de sa communauté juive et la perte de ses territoires orientaux accordés à l’Ukraine, est l’un des pays les plus sinistrés par le conflit. Des millions de Polonais ont été déportés de l’actuelle Ukraine vers les régions de l’ouest, prises à l’Allemagne en vertu des accords signant la fin du conflit. Des millions d’Allemands ont pour leur part été déportés vers l’ouest. Une partie de ces «Vertriebene» (expulsés), organisés au sein de l’aile droite de la CDU, réclame toujours réparation pour les pertes subies.

Du temps du régime communiste, le dossier des indemnités est resté enterré. Le traité de Görlitz, signé en 1953 entre Berlin-Est et Varsovie, éludait la question. Tout comme le traité qui a autorisé la Réunification en 1990. Côté allemand, on rappelle que la Pologne a reçu des territoires bien plus riches que ceux perdus au bénéfice de l’Ukraine, que les victimes polonaises ont touché 225 millions d’euros entre 1945 et 1991, qu’un milliard supplémentaire a été versé aux travailleurs forcés polonais et qu’un demi-milliard l’a été aux survivants des camps de concentration.

«1990 aurait été le dernier moment pour présenter des revendications, estime l’historien allemand Gregor Schöllgen. Mais la Pologne n’a alors pas voulu mettre en péril la reconnaissance définitive de la frontière Oder-Neisse par l’Allemagne.» En échange de la Réunification, la République fédérale s’est engagée à renoncer à toute revendication territoriale sur la Pologne.

Une campagne électorale 

Quelle solution se profile-t-elle dans ce conflit, dont la dimension morale occupe la presse comme la classe politique allemandes? Le SPD et le parti néo-communiste Die Linke proposent que Berlin participe au financement de la reconstruction d’un monument symbolique, tel le Palais saxon de Varsovie, ou soutienne financièrement des programmes de bourses pour des étudiants polonais en Allemagne, afin de renforcer les échanges entre les deux pays.

Le PiS a d’ores et déjà placé le conflit avec l’Allemagne au cœur de sa campagne électorale. La semaine dernière, Mateusz Morawiecki a reproché à l’Allemagne de faire trop peu pour la défense commune et ce au moment même où Washington menace Berlin de déplacer 1000 soldats américains de la République fédérale vers la Pologne, puisque l’Allemagne – avec 1,2% du PIB consacré aux dépenses militaires – ne respecte pas l’engagement des pays de l’OTAN. Donald Trump – qui se rendra lui aussi aux commémorations du 1er septembre en Pologne – ne cesse de le reprocher à Angela Merkel.

Publicité