Circulez, il n’y a rien à voir! Voilà le message adressé en substance à tout journaliste tentant de s’approcher dimanche du territoire portuaire d’Odessa après la frappe samedi matin, dix-neuf heures après la signature de l’accord d’Istanbul sur la reprise des exports de céréales. Désormais, le littoral et les installations portuaires qui peuvent servir à l’acheminement vers l’extérieur des denrées alimentaires ukrainiennes sont devenus des infrastructures sensibles, écartées du regard des civils et des caméras.