1991-2021: que reste-t-il de l’URSS? Censure des médias, impossible opposition politique, amnésie historique: plongée en trois temps dans une Russie où le passé n’est pas complètement passé.

Premier épisode: Trente ans après sa chute, l’URSS transpire encore en Russie

«La presse et les autres médias sont libres. La censure est abolie.» Ce sont les premiers mots de la loi sur les moyens d’information de masse, promulguée en 1990. «Ce texte génial nous a permis de fonder Echo de Moscou», raconte, en tirant sur une cigarette, Evgueni Bountman, rédacteur en chef adjoint et cofondateur de la célèbre radio indépendante. Il fume à la chaîne, dans son gros pull en laine qui a l’air de dater des premiers jours de la Russie libre. Dans le couloir et les bureaux, perchés au quatorzième étage d’un immeuble à la laideur toute soviétique du centre de Moscou, les murs sont recouverts des portraits de ceux qui se sont exprimés à l’antenne, Boris Eltsine et Bill Clinton, Vladimir Poutine, Mikhaïl Khodorkovski et même Jacques Chirac.