L'essentiel

Depuis le début de la pandémie, le nombre de décès atteint 63 437 dans le monde, dont 46 000 en Europe. Une baisse se produit en Italie et en Espagne. En Suisse, le nombre de cas de COVID-19 augmente. Dimanche à 8heures, l’Office fédéral de la santé annonce 21 100 cas, soit 822 de plus que samedi. 559 personnes sont décédées en Suisse des suites d’un COVID-19 confirmé en laboratoire.

 Pour Alain Berset, il n'y aura pas d'assouplissement avant le 20 avril. Le Conseil fédéral discutera mercredi des possibilités de sortir du confinement. Un couvre-feu est possible si la discipline faiblit.

Petra Gössi, la présidente du PLR, demande la réouverture de tous les commerces capables de respecter les mesures de sécurité sanitaire. L'USS, Swissmem et l'Union patronale demandent que le Conseil fédéral présente des scénarios de sortie du confinement.

Un tiers des morts en Suisse romande résident dans des EMS. Le syndicat Unia demande aux autorités de constituer des réserves pour ces établissements et d'assurer l'approvisionnement en matériel.

En Italie, le nombre de malades du Covid-19 en soins intensifs dans les hôpitaux est repassé sous la barre des 4000 (3994 contre 4068 la veille). Le nombre de décès baisse de 10% en un jour. Il recule aussi en Espagne, et cela pour le troisième jour consécutivement. Rome prépare la phase 2, celle de la coexistence avec le virus.

Retrouvez les nouvelles de samedi.


■ L'Espagne réclame des «coronabonds» 

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, exige de mutualiser les dettes à travers un vaste emprunt européen. Il l'écrit dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, en raison des réticences allemandes à financer des pays réputés moins rigoureux. A son avis, agir ensemble signifierait «qu'il n'y pas de fossé entre le nord et le sud». 

L'Italie et l'Espagne, appuyés par la France et six autres pays de l'Union européenne, demandent l'émission d'obligations européennes, surnommées «coronabonds», pour financer la reprise. L'Allemagne et les Pays-Bas refusent, pour l'instant, un emprunt commun.


■ Manchester City n'a pas recours au chômage partiel

Le club de Manchester City déclare dimanche qu'il n'aura pas recours au dispositif de chômage partiel mis en place par le gouvernement britannique. Il se distingue ainsi de cinq clubs de Premier League, Liverpool, Tottenham, Newcastle, Norwich et Bournemouth.

Dans le cadre du chômage partiel, le gouvernement prend en charge 80% des revenus du salarié jusqu'à 2 500 livres par mois (soit 3000 francs). Les 20% restant sont parfois pris en charge par le club.

Le recours à cette mesure par certains clubs de l'élite fortunés suscite beaucoup de remous. 


■ Singapour place 20 000 migrants en quarantaine 

Singapour réagit à la hausse du nombre de contaminations au sein des résidences où dorment les ouvriers immigrés. L'épidémie semblait contenue dans la cité-Etat, mais le nombre de cas s'est accru. Pas moins de 120 nouvelles contaminations ont été recensées dimanche, un record pour Singapour en une journée, selon l'AFP. Parmi elles, nombreux étaient les cas liés aux chambres où vivent les travailleurs étrangers.

La cité-Etat compte environ 280.000 ouvriers étrangers travaillant dans le bâtiment, notamment des Bangladais et des Chinois. Les migrants continueront à être rémunérés pendant la quarantaine, selon l'agence.


■ Les voix s'accumulent pour une reprise de l'activité en Suisse

Les pressions pour relancer la machine économique en Suisse se font de plus en plus pressantes sur le Conseil fédéral. L'UDC, le PLR et les milieux économiques plaident pour la réouverture des commerces et des entreprises après le 19 avril, selon la presse dominicale. Les syndicats et les Verts réclament au moins une stratégie de sortie, tandis que le PS met en garde contre la tentation d'une reprise rapide, selon l'ATS.

L'UDC a pour sa part exiger du Conseil fédéral qu'il revoie sa stratégie tant en matière de confinement que de port du masque. «Le Conseil fédéral doit maintenant développer une stratégie dans laquelle les risques économiques et sociaux jouent également un rôle», avance le président de l'USS Pierre-Yves Maillard dans la SonntagsZeitung. Le président de Swissmem, Hans Hess, a imaginé les contours d'une réouverture dans une interview avec la «Sonntagszeitung

■ D'innombrables personnalités sont touchées 

La liste des politiques, artistes, sportifs frappées par le Covid-19 ne cesse de s'allonger. L'AFP cite la chanteuse britannique Marianne Faithfull, qui a rejoint la liste des personnalités contaminées par le nouveau coronavirus, dont le comédien américain Tom Hanks et sa femme, l'actrice et chanteuse Rita Wilson, Placido Domingo, 79 ans, qui est sorti de l'hôpital, Patrick Bruel et CharlElie Couture, tous deux en convalescence, le Premier ministre britannique Boris Johnson, le Prince Charles, le Prince Albert II de Monaco, le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier, le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Dans le monde du football, l'agence cite plusieurs joueurs de la Juventus de Turin dont Blaise Matuidi, et l'ancien défenseur de l'AC Milan Paolo Maldini et son fils Daniel, en Angleterre, l'entraîneur d'Arsenal, l'Espagnol Mikel Arteta.

Parmi les personnalités décédées, on trouve le jazzman américain Ellis Marsalis (85 ans), le saxophoniste camerounais Manu Dibango (86 ans) et le dramaturge américain Terrence McNally (81 ans), l'ancien président du Congo-Brazzaville Jacques Joaquim Yhombi Opango, 81 ans, l'ancien ministre français Patrick Devedjian, le Sénégalais Pape Diouf, 68 ans, ancien dirigeant très populaire du club français de footaball Olympique de Marseille.


■ Reprise progressive des activités en Iran

Le ralentissement de la propagation du coronavirus atteint aussi l'Iran. Les nouvelles contaminations baissent pour le cinquième jour de suite, selon les autorités. Elles s'élèvent à 2483. Le pouvoir laisse entrevoir une reprise progressive de certaines activités économiques à partir du 11 avril. Pourtant, le Covid-19 a encore fait 151 décès en dernières 24 heures, selon le ministère de la Santé.

Le président Hassan Rohani annonce dimanche une reprise «étape par étape» des activités économiques «des entreprises à faible risque» de propagation du virus.


■ La Turquie dispense les jeunes du confinement

La Turquie dispense de confinement les jeunes travailleurs (moins de 20 ans), parmi lesquels les ouvriers agricoles saisonniers, annoncent dimanche les autorités. Le confinement général de la population n'a pas été décrété par Recep Tayyip Erdogan. Les personnes de plus de 65 ans ou celles qui souffrent de maladies chroniques sont déjà soumises au confinement. Le pays annonce que le Covid-19 a fait au moins 501 morts sur 24 000 cas confirmés. La Turquie a fermé les écoles, interrompu les liaisons aériennes internationales et interdit des rassemblements.

■ L'Italie prépare la phase 2 

Les statistiques sont encourageantes en Italie. Le nombre des hospitalisations en soins intensifs a diminué pour la première fois depuis que la pandémie y a explosé il y a plus d'un mois. Le gouvernement pense au redémarrage en avertissant qu'il ne se produira pas demain. Sûrement pas pour Pâques, ni pour le 1er mai. L'Italie sera à l'arrêt au moins jusqu'au 13 avril. Le retour à la normale interviendra «dès que possible», a indiqué le ministre de la santé dans une interview à la Repubblica. Angelo Borrelli, chef de la protection civile, évoque le 16 mai comme date possible d'entrée dans une «phase 2», synonyme de «coexistence avec le virus», mais seulement «si l'évolution (de la pandémie) ne change pas».

■ Alain Berset évoque l'éventualité d'un couvre-feu à Pâques

Une sortie rapide de la situation actuelle n'est pas réaliste, déclare Alain Berset dans une interview à la SonntagsZeitung. Le ministre de la santé n'exclut pas d'avoir recours à des mesures encore plus sévères, jusqu'à un couvre-feu à Pâques si la discipline s'affaiblit.

Le Conseil fédéral discutera mercredi des possibilités de sortir du confinement mais sans prendre de décision à ce sujet. «Pour l'instant, il semble illusoire de penser que nous pourrons assouplir les mesures le 20 avril», indique le Conseiller fédéral. Les critères considérés sont une baisse claire du «nombre de personnes infectées et d'admissions à l'hôpital».

 

■ Quatre millions de masques pour l'Europe

L'avionneur européen Airbus a acheminé quatre millions de masques vers l'Europe ce week-end depuis la Chine. La répartition n'est pas indiquée, mais ils seront confiés aux autorités des pays où Airbus est implanté. L'avion était en provenance de Tianjin, en Chine.

■ Le pape célèbre les Rameaux dans une basilique déserte

Le pape François a célébré dimanche la messe des Rameaux, qui marque l'entrée dans la semaine sainte de Pâques. La basilique Saint-Pierre était déserte comme il l'avait annoncé le 15 mars.

Le pape n'était accompagné que de religieux et religieuses, avec une seule personne par banc. La messe a toutefois été diffusée en streaming. 

■ Troisième baisse consécutive des décès en Espagne

L'Espagne a enregistré dimanche 674 morts dues au coronavirus au cours des dernières 24 heures. C'est le bilan le moins élevé depuis dix jours et les chiffres indiquent une troisième baisse consécutive, selon le ministère de la Santé. Les décès depuis le début de la pandémie se chiffrent à 12 418 dans le pays. Par contre, le nombre de cas confirmés est en hausse de 4,8% à 130.759.


■ Lancement d'une chaîne TV éphémère sur le confinement

#ALaMaison. Tel est le nom d'une chaîne éphémère centrée sur le confinement et lancée lundi par le groupe audiovisuel Mediawan. Au menu, des programmes éducatifs et familiaux. Le projet est le fruit d'un partenariat entre de nombreux acteurs des médias, du cinéma et des télécoms.

La chaîne émettra dans un premier temps de 07H00 à minuit. Elle a pour but ,d'«aider les familles à mettre en place de nouvelles routines, solidaires et collectives», indique à l'AFP Pierre-Antoine Capton, cofondateur et président du directoire du groupe. 

Le canal sera aussi alimenté par des contenus offerts gratuitement par France Télévisions, Pathé Films, La Fondation Jérôme Seydoux Pathé, Gaumont, M6, TF1, UGC Images, Chefclub et Brut. Bouygues Telecom, Canal+, Free, Molotov, Orange et SFR. Tous les bénéfices de cette chaîne seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris et Hôpitaux de France et à l'alliance Tous unis contre le virus, avec la Fondation de France, l'APHP et l'Institut Pasteur.


■ Un cas dans un camp de migrants en Grèce

Un ressortissant afghan de 53 ans s'est révélé positif dans un camp de migrants près d'Athènes. Il a été placé en quarantaine par les autorités grecques.

Le camp de Malakasa, à quelque 38 km au nord-est d'Athènes, est ainsi placé «en confinement sanitaire total» pour 14 jours, avec interdiction d'y entrer ou d'en sortir. Le patient, souffrant déjà d'une maladie, a été emmené dans un hôpital d'Athènes.

■ Un tiers des morts en Suisse romande résident dans des EMS

Les foyers pour personnes âgées sont durement frappés par les effets de la pandémie. Selon Le Matin Dimanche, un tiers des morts en Suisse romande sont des résidents d'établissements médico-sociaux (EMS). La situation se péjore rapidement. Or les tests ne sont pas généralisés et le personnel se protège comme il peut, selon l'hebdomadaire. En manque de matériel, certains aide-soignants se protègent avec des lunettes de ski et des sacs-poubelle.

Le syndicat Unia publie ce dimanche un communiqué qui demande que la Confédération et les cantons accordent la plus haute priorité à l'approvisionnement des EMS. Il ajoute que les EMS devraient immédiatement constituer des réserves en personnel.


■ UBS a répondu à 23 000 demandes de PME pour 1,8 milliard de francs

UBS a fait face à 23'000 demandes de crédits, pour un montant total de 1,8 milliard de francs, dans le cadre du plan de soutien aux entreprises, déclare Sergio Ermotti, le patron de la grande banque dans une interview au SonntagsBlick. Le prêt moyen atteint 200'000 francs et la grande majorité est inférieure à 500 000 francs. 80% de ces clients n'étaient auparavant pas endettés, note le patron de la première banque suisse. Sergio Ermotti rappelle que l'établissement bancaire fera pas de bénéfice sur cette opération. 

Pour les sommes plus élevées, il existe des prêts pouvant aller jusqu'à 20 millions de francs, mais en dehors du programme de lutte contre les conséquences de la pandémie. Il existe également des demandes de multinationales qui vont bien au-delà de ce montant. Sergio Ermotti déclare que l'objectif de l'engagement de la banque est que les entreprises puissent survivre à la crise. 


■ Le Conseil fédéral discutera mercredi de la sortie du confinement

Alain Berset, dans une interview avec la SonntagsZeitung. déclare que le Conseil fédéral discutera mercredi des possibilités de sortir du confinement mais qu'il n'y aura pas encore de décision à ce sujet. «Pour l'instant, il semble illusoire de penser que nous pourrons faire beaucoup de changements d'ici le 20 avril», indique le conseiller fédéral. Le Fribourgeois précise toutefois: «Ce n'est que lorsque le nombre de personnes infectées et d'admissions à l'hôpital aura clairement diminué que nous pourrons envisager d'assouplir les règles».

Pendant ce temps, selon l'ATS, face à la crise économique liées aux mesures de confinement et de fermeture des commerces, les présidents de l'Union patronale suisse, de Swissmem et de l'Union syndicale suisse (USS) demandent au Conseil fédéral de présenter des scénarios. «Le Conseil fédéral doit maintenant développer une stratégie dans laquelle les risques économiques et sociaux jouent également un rôle», déclare Pierre-Yves Maillard, président de l'USS. 


■ 63 000 décès dans le monde

Le coronavirus a fait 63 437 décès dans le monde, dont plus de 46 000 en Europe, selon un bilan de l'AFP établi à partir de sources officielles samedi. Avec 15 362 morts, l'Italie est le pays comptant le plus de décès, suivi de l'Espagne (11 744), des États-Unis (8098), de la France (7560) et du Royaume-Uni (4313). Le nombre de décès baisse en Italie (689 en 24 heures) et en Espagne (809). 

Plus d'un million de cas ont été officiellement déclarés dans le monde, dont plus de la moitié en Europe. Les statistiques sont toutefois lacunaires puisque plusieurs pays ne les comptabilisent que s'il y a un prise en charge hospitalière.


■ Hausse des ventes d'alcool et de cannabis

Le confinement est une source d'ennui, d'isolement et finalement d'addictions. «Nous nous attendons à une augmentation du nombre de personnes dépendantes», indique Markus Meury d'Addiction dans le SonntagsBlick. D'autres centres de conseil en addiction confriment cette tendance. Les ventes de tabac, d'alcool et de cannabis légal sont en hausse, selon un sondage effectué par le journal auprès des producteurs et des vendeurs, selon l'ATS. L'étendue chiffrée du phénomène n'est pas mesurée. Le journal hebdomadaire constate que la tendance au stockage touche aussi ce type de produits, selon Markus Meury. Le journal ajoute que les experts s'inquiètent surtout des addictions liées à internet (jeux d'argent, jeux vidéos, porno et achats).

■ Petra Gössi réclame la réouverture de tous les commerces  

La présidente du PLR Petra Gössi demande, dans une interview à la NZZ am Sonntag, la réouverture de tous les commerces qui peuvent respecter les mesures de sécurité de l'Office fédéral de la santé publique, à savoir la distance de deux mètres pour toutes les personnes dans le magasin et toutes les règles d'hygiène. «Si nous ne le faisons pas, nous risquons de compromettre inutilement la compréhension envers les mesures du Conseil fédéral», souligne-t-elle.

Petra Gössi s'inquiète de l'effet de la fermeture des écoles en matière d'égalité des chances pour les enfants et les jeunes. Elle demande que les écoles de la scolarité obligatoire, en particulier les niveaux inférieurs et moyens, reprennent leurs activités après les vacances de printemps. La présidente du PLR estime qu'il faudra deux générations pour réduire les dettes accumulées durant la crise. 


■ Baisse des hospitalisations en soins intensifs en Italie 

La contagion marque des signes de ralentissement en Italie. Le nombre d'hospitalisations en soins intensifs a diminué pour la première fois en Italie, ont annoncé les autorités samedi. Il est tombé sous la barre des 4000 (3994 contre 4068 la veille). «C'est une nouvelle importante parce que cela permet à nos hôpitaux de respirer. C'est la première fois que ce chiffre est en baisse depuis que nous avons la gestion de cette urgence», s'est félicité le patron de la protection civile Angelo Borrelli, selon l'ATS.

Le recul est nettement visible en Lombardie (nord), où l'on trouve certes 1326 personnes en soins intensifs, mais une cinquantaine de moins que la veille. En Italie, 681 personnes ont perdu la vie en un jour, soit une baisse de 10% par rapport à la veille (766). Le repli est constant depuis le pic du 27 mars, avec 969 décès en 24 heures.


■ Plus de 8000 décès aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont dépassé samedi la barre des 300'000 cas recensés de nouveau coronavirus, selon le comptage de l'université américaine Johns Hopkins. Le maire de New York a lancé un appel à l'aide aux professionnels de la santé.

La pandémie a fait au moins 8162 morts dans le pays, selon le tableau de bord en ligne de l'université. Le cap des 200'000 cas recensés dans le pays avait été franchi seulement mercredi, une accélération rendue visible par la plus grande disponibilité des tests de dépistage aux Etats-Unis, selon l'ATS.

L'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a annoncé samedi 630 nouveaux décès en une journée, son pire bilan sur 24 heures, et a lancé un appel d'urgence en attendant «le pic» de l'épidémie.

L'Etat qui compte la plus grande ville du pays déplore désormais 3565 morts. Il a enregistré plus de 113'000 cas - dont 63'000 pour sa métropole -, presque autant qu'en Italie ou en Espagne, où les bilans des victimes sont les plus lourds.

«Nous n'avons pas encore atteint le pic» de l'épidémie «mais on s'en rapproche», a déclaré le gouverneur démocrate Andrew Cuomo lors d'une conférence de presse, en soulignant, selon l'ATS, que la progression de la maladie était particulièrement rapide sur Long Island et dans le New Jersey voisin.

Parmi les besoins les plus criants: les respirateurs indispensables à la survie des malades les plus atteints. L'Etat chinois va faire une donation de 1000 respirateurs qui doivent arriver à l'aéroport JFK aujourd'hui», a annoncé M. Cuomo, en remerciant notamment Jack Ma, fondateur du géant chinois de la vente en ligne Alibaba.