Deux décisions auront marqué cette journée de dimanche, en dehors des opérations militaires et des horreurs de la guerre qui se poursuivent. La première est l’annonce par le Kremlin de l’ordre donné par Vladimir Poutine de «mettre les forces de dissuasion de l’armée russe en régime spécial d’alerte au combat». Concrètement, cela veut dire que l’arme nucléaire est prête à être utilisée. Une escalade rhétorique inédite qui a aussitôt déclenché un flot de questions sur les intentions réelles de Moscou, surtout si les forces russes - qui ont pris le contrôle dès mercredi du site de la centrale de Tchernobyl - devaient s’enliser en Ukraine.