Le 45e président des Etats-Unis Donald Trump est élu pour quatre ans. Il pourra exercer un maximum de deux mandats. Ses pouvoirs lui sont attribués par la Constitution, qui prévoit toutefois un important système de contre-pouvoir.

En politique internationale

Donald Trump deviendra le chef suprême de l’armée et de la diplomatie. Cependant, seul le Congrès (formé du Sénat et de la Chambre des représentants) a le droit de déclarer une guerre.

Le président peut conclure des traités qui engagent le pays sur la scène internationale mais le Sénat doit les ratifier.

Lire aussi: Donald Trump ou la tentation de l’autoritarisme

En politique intérieure

Donald Trump sera en tant que président, le chef de l’administration. A ce titre, il sélectionnera ses secrétaires d’Etat. Ces derniers doivent être nommés par le Sénat.

Il propose aussi le budget.

Le président peut mettre son veto aux lois adoptées par le Congrès. Le Congrès ne peut passer outre qu’avec une majorité des deux tiers dans les deux chambres.

Donald Trump pourra aussi exercer un droit de grâce pour les crimes fédéraux.

Ses limites

Le Congrès peut démettre le président (procédure d’impeachment) en cas de trahison, de corruption ou d’un crime ou délit majeur. La Chambre des représentants a voté la mise en accusation d’Andrew Johnson et de Bill Clinton. Tous deux ont été acquittés par le Sénat. Richard Nixon a démissionné avant que la procédure ne soit lancée.

Le Congrès est l’instance législative. Il est dominé par les Républicains, ce qui donne beaucoup de pouvoir à Trump. Toutefois, les idées du président ne sont pas toujours en accord avec son parti. D’autre part, les Démocrates, même s’ils sont minoritaires disposent d’un pouvoir d’obstruction, nommé «filibuster» au Sénat.

Un des contre-pouvoirs les plus importants au président est la Cour suprême. Elle est constituée de neuf juges nommés à vie qui peuvent bloquer une loi votée par un Etat ou par le gouvernement fédéral. Ils sont actuellement quatre libéraux et quatre conservateurs. La nomination par Barack Obama d’un juge plutôt progressiste a été bloquée par le Sénat et c’est donc Donald Trump qui pourra élire le neuvième juge. La Cour suprême peut restreindre des droits comme celui de l’avortement, ainsi que le droit des minorités comme le mariage gay.

A lire aussi: La Cour suprême, l’un des enjeux cruciaux de la présidentielle

Enfin, les Etats ont beaucoup de prérogatives aux Etats-Unis. Les régions démocrates pourront donc continuer de protéger les minorités ou d’appliquer des politiques sociales plus protectrices qu’au niveau national.

Les premiers propos du président élu: Donald Trump se montre ferme sur les dossiers clés