Long de 59 mètres pour une envergure de 60,30 mètres, l’A330-200 peut transporter en version standard 253 personnes dans une configuration classique à trois classes et jusqu’à 293 passagers en deux classes. Il peut voler à 880 km/h, à une altitude de croisière de 10 700 mètres. Long-courrier, il possède un rayon d’action de 12 500 km, de quoi assurer des étapes comme Paris-Singapour, Paris-Los Angeles ou Dubaï-Londres.

L’appareil, qui existe en version fret et passagers, a effectué son premier vol d’essai en août 1997. Plus de 600 exemplaires de l’A330 ont été livrés et sont exploités dans le monde, pour plus de 950 commandes, selon les derniers chiffres du constructeur. Pour ce qui est de la version raccourcie, soit l’A330-200, le site internet d’Airbus annonce 557 commandes, 343 livraisons et 341 appareils en service. La compagnie Swiss exploite 10 exemplaires de l’A330-200.

La famille des A330 (il existe une version longue, l’A330-300, qui affiche 63,7 mètres) est utilisée par de nombreuses compagnies dans le monde. L’appareil cumule plus de 11 millions d’heures de vol en exploitation, selon son constructeur. Il a été développé en parallèle avec le long-courrier Airbus A340, un quadriréacteur dont il partage une partie de la structure.

Considéré comme un des avions les plus économiques pour la consommation de kérosène, l’Airbus A330-200 est le plus sérieux concurrent du Boeing 767-300ER. Selon les spécialistes, l’arrivée du nouvel A350-800 XWB n’a pas entamé son succès et il devrait encore être fabriqué pendant plusieurs années après l’entrée en service de l’A350.