Le premier ministre irlandais Leo Varadkar a annoncé jeudi soir sa démission. «Conformément à la Constitution, le Taoiseach (premier ministre) et le gouvernement continueront d'exercer leurs fonctions jusqu'à la nomination des successeurs», ont annoncé ses services. Sa démission était attendue car son parti centriste, le Fine Gael, est arrivé en troisième position aux législatives du 8 février, à l'issue desquelles aucun parti n'a obtenu de majorité.

La forte progression du Sinn Fein à l'issue de ce scrutin a chamboulé le paysage politique irlandais, dominé depuis un siècle par les deux grands partis de centre-droit, le Fianna Fail et le Fine Gael. Depuis, les discussions entre partis politiques pour former une coalition sont dans l'impasse.

Jeudi après-midi, chacun de ces trois partis, ainsi que les Verts, ont présenté un candidat au poste de Taoiseach aux 160 députés qui se sont réunis au Dail, la chambre basse du Parlement irlandais.

Varadkar dénonce les «promesses creuses» de ses rivaux

La cheffe du parti nationaliste Sinn Fein, Mary Lou McDonald, a remporté le plus de suffrages avec le soutien de 45 députés, bien loin cependant des 80 voix requises pour obtenir la majorité parlementaire.

Ce vote représente cependant un coup de pouce symbolique pour le Sinn Fein, autrefois considéré comme la vitrine politique de l'IRA (Armée républicaine irlandaise), organisation paramilitaire opposée à la présence britannique en Irlande du Nord. Aujourd'hui dédiabolisée, la formation cherche à établir un «gouvernement de changement», en s'alliant à des petits partis de gauche. Evoquant les électeurs, Mary Lou McDonald a expliqué «s'être engagée à bien les représenter et à faire de notre mieux pour atteindre ce gouvernement de changement».

Lire aussi: En Irlande, une percée historique du Sinn Féin

En revanche, seuls 36 députés ont apporté leur soutien à Leo Varadkar. «Il incombe à ceux qui ont fait d'énormes promesses de changement aux gens au cours de cette élection, à qui un mandat est confié, de soumettre un programme de gouvernement au Dail pour approbation», a déclaré Leo Varadkar au Parlement. «S'ils ne le peuvent pas, ils devraient le dire et être honnêtes quant à leur échec et aux promesses creuses qu'ils ont faites.»

Un gouvernement éclaté

La répartition des sièges au Dail est particulièrement éclatée: le Fianna Fail compte 38 députés, le Sinn Fein 37, le Fine Gael 35. Lors du scrutin, le Sinn Fein a été placé en tête par 24,5% des électeurs, devant les deux grands partis centristes. Mais le parti républicain dirigé par Mary Lou McDonald n'avait présenté que 42 candidats, soit environ moitié moins que le Fianna Fail et le Fine Gael.

Les propositions de ce parti de gauche en matière de logement, de santé, problématiques au coeur des préoccupations des Irlandais, ont rencontré un franc succès, mais une autre question surgirait dans le débat s'il accédait aux responsabilités: celle de l'unification de l'Irlande.

Lire aussi:  En Irlande, l’élection du premier ministre est extrêmement serrée

Le Sinn Fein, deuxième force politique sur l'île, aussi bien dans la province britannique d'Irlande du Nord que dans la République au sud, souhaite un référendum sur le sujet dans les cinq ans, voire trois ans, qui viennent. L'accord du Vendredi Saint, qui a mis fin en 1998 à trois décennies de violences qui ont fait 3500 morts, prévoit qu'un référendum soit organisé s'il apparaît qu'une majorité de la population est favorable à l'unification.

Le risque de nouvelles élections en cas d'échec

Le rapport de forces au Parlement est tel qu'il faudra qu'au moins trois partis s'entendent pour former un gouvernement de coalition. Le Fianna Fail et le Fine Gael ont tous deux exclu de travailler avec le Sinn Fein.

«Décidons de travailler ensemble dans les intérêts des gens qui nous ont envoyés ici», a plaidé jeudi Sean O Fearghail, président de la Chambre basse fraîchement élu.

Les Verts, quatrième force politique avec 12 sièges, pourraient avoir un rôle décisif. Ils ont proposé au Sinn Fein, au Fianna Fail et au Fine Gael de les rencontrer à partir de vendredi.

Les discussions pourraient être longues, et en cas d'échec conduire à de nouvelles élections. Après les dernières législatives de 2016, il avait fallu 70 jours pour former un gouvernement de coalition entre le Fine Gael et le Fianna Fail.