Le premier train du «déménagement du siècle» est parti lundi en fin d'après-midi de Bonn. Il donne le coup d'envoi au transfert du Bundestag (Chambre basse du parlement fédéral) à Berlin dans l'ancien bâtiment du Reichstag rénové. De tout ce qui sera transporté de l'ancienne à la nouvelle capitale allemande, des objets éveillent la curiosité, comme par exemple les 7500 bouteilles de vin sur la liste du parlement. L'annonce de ce chargement a provoqué un «tollé», explique une adjointe au responsable du déménagement. Les spéculations les plus folles ont circulé sur ces bouteilles. Au secrétariat du parlement, on ne lève qu'une partie du voile: le vin appartient au club des employés du parlement. Toute une série d'œuvres d'art seront également du voyage comme le portrait de Konrad Adenauer, le premier chancelier de l'après-guerre, peint par Oskar Kokoschka et évalué à environ un million de marks (800 000 francs suisses). Ce tableau trônait jusqu'à présent dans le bureau de Rita Süssmuth, l'ancienne présidente du Bundestag.

La plupart des autres objets sont beaucoup plus communs. Le parlement déplacera quelque 50 000 m3 de marchandises, dont 49 kilomètres de livres et de dossiers. Ce déménagement démesuré a été minutieusement préparé depuis plusieurs années. Le projet a été supervisé par l'aéroport de… Munich, qui a une expérience unique dans ce domaine.

Facture totale: 18 milliards

Après sa dernière session à Bonn la semaine passée, le parlement se réunira à nouveau le 6 septembre dans la nouvelle capitale. Le déménagement coûtera environ 10 millions de marks. La facture totale – y compris la construction et la rénovation des bâtiments – reviendra, elle, à quelque 20 milliards de marks (environ 18 milliards de francs suisses). Environ 3800 bureaux et 950 autres locaux répartis dans 81 bâtiments de Bonn seront vidés. Les députés recevront à Berlin dans un premier temps des bureaux provisoires en attendant que soient terminés les bâtiments flambant neufs à proximité du Reichstag.

Quelque 23 trains, qui circuleront à cadence journalière six fois par semaine, suivront le premier convoi d'hier. Un «pont aérien» sera organisé pour transporter les fonctionnaires. Hier matin, ils étaient seulement 30 à utiliser le «shuttle» en provenance de Bonn. L'aéroport de Schönefeld estime pourtant que 1200 fonctionnaires feront la navette chaque semaine. Si la majorité se rendra à Berlin pour y travailler, d'autres employés de l'Etat feront le chemin inverse. Plusieurs offices fédéraux autrefois décentralisés seront en effet rapatrié à Bonn dans le cadre d'un programme de compensation.