Le président élu des Etats-Unis, Donald Trump, s’est montré très ferme sur plusieurs dossiers-clés de son agenda conservateur, comme l’immigration ou l’avortement, tout en essayant d’apaiser les craintes suscitées par son élection, dimanche lors d’un long entretien télévisé accordé à CBS.

«N’ayez pas peur», a-t-il lancé aux milliers de manifestants qui le défient quotidiennement dans plusieurs villes des Etats-Unis, lors de sa première interview depuis son élection. Des milliers de personnes ont encore défilé à New York dimanche, après des dizaines de milliers samedi, à New York comme à Los Angeles, et plusieurs milliers à Chicago.

Lire aussi: Comment Donald Trump se réapproprie les manifestations

Il a également condamné les actes de violence et de harcèlement contre des minorités (musulmans, noirs ou hispaniques) qui, selon l’opposition démocrate et des associations, se sont multipliés depuis son élection.

«Je dirais (aux auteurs de ces agressions verbales ou menaces) ne faites pas ça, c’est terrible, parce que je vais réunifier ce pays», a-t-il expliqué, se tournant ensuite vers la caméra pour dire «arrêtez».

Le mariage gay ne sera pas remis en cause

Au cours de cet entretien, le président élu, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a confirmé qu’il nommerait à la Cour suprême des juges anti-avortement et favorables au port d’armes à feu.

Lire aussi: Le président Trump sera tout-puissant

«Voici ce qui va se passer. Je suis pro-life (anti-avortement) et les juges seront pro-life», a-t-il dit. «Ils vont être très favorables au Deuxième amendement» de la Constitution, qui fait de la détention d’armes un droit pour chaque citoyen américain.

Donald Trump va devoir nommer un juge à la Cour suprême car un siège est actuellement vacant. Mais il pourrait procéder au cours de son mandat à d’autres nominations en cas de décès ou de départ en retraite d’autres juges. La Cour suprême, dont le pouvoir sur les questions de société est déterminant, pourrait ainsi prendre une coloration très conservatrice.

En revanche, le président républicain n’a pas l’intention d’œuvrer à une remise en cause du mariage homosexuel. Il a rappelé que la Cour suprême avait statué sur le sujet. «C’est la loi […] Cela me convient», a-t-il dit.

La construction du mur confirmée

Elu sur un programme populiste de rejet des élites, Donald Trump a annoncé qu’il renonçait à sa rémunération de président, qui se monte à environ 400 000 dollars par an, lui dont la fortune personnelle a été estimée par le magazine Forbes à 3,7 milliards de dollars.

Au cours de cet entretien, dont des extraits ont été distillés tout au long du week-end, Donald Trump est resté inflexible sur l’immigration, thème-clé de sa campagne mais aussi motif de profonde inquiétude pour des millions d’étrangers établis aux Etats-Unis. Il a fait part de son intention d’expulser jusqu’à 3 millions de clandestins.

L’annonce a généré un couac avec la majorité républicaine. Interrogé sur la chaîne CNN, le chef de file des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan, avait en effet assuré plus tôt dimanche que Donald Trump ne prévoyait pas de créer des équipes dédiées aux expulsions de clandestins et que la priorité restait la «sécurisation» des frontières.

Lire aussi: Trump promet d’expulser des millions de clandestins

Donald Trump a réaffirmé qu’il bâtirait bien «un mur» à la frontière avec le Mexique pour limiter l’immigration clandestine, mais qu’il pourrait être constitué aussi bien de béton que de «clôtures».

Lors de cette première interview télévisée depuis son élection mardi, il a montré une certaine flexibilité sur «Obamacare», la loi emblématique du mandat de son prédécesseur qui permet à tous les Américains d’avoir une assurance santé mais dont le fonctionnement est très critiqué. Elle pourrait être amendée, et non simplement abrogée.

Le controversé Stephen Bannon, nommé «haut conseiller et chef de la stratégie»

Après plusieurs jours de larges consultations, enfermé dans la Trump Tower à New York, Donald Trump a entamé le bal des nominations de sa future administration.

Il a désigné le président du parti républicain Reince Priebus comme secrétaire général de la Maison-Blanche. Il s’agit d’un homme politique expérimenté qui orchestrera toute l’administration du nouveau dirigeant populiste et servira de lien avec les élus et le parti, sorti divisé de la campagne.

Mais il s’est aussi adjoint un «haut conseiller et chef de la stratégie» en la personne de Stephen Bannon, son directeur général de campagne, patron du site d’informations ultraconservateur Breitbart News, qui entretient des liens avec des mouvements d’extrême droite européens.

Lire aussi: Autour du milliardaire, un attelage en marge du Parti républicain et peu organisé

Dans le communiqué annonçant sa nomination dimanche, Reince Priebus indique qu’il va «travailler à créer une économie qui marche pour tout le monde, à sécuriser nos frontières, à abroger et remplacer (la réforme de l’assurance santé) Obamacare et à détruire le terrorisme radical islamique».

Le futur chef d’orchestre de la Maison-Blanche adopte ainsi une ligne plus dure que Donald Trump sur «Obamacare», qui a permis à 22 millions d’Américains supplémentaires d’avoir une couverture médicale.