Donald Trump a menacé mercredi de «fermer» des plateformes de réseaux sociaux après le signalement la veille par Twitter de certains de ses messages comme «trompeurs». Le milliardaire républicain signera jeudi un décret «portant sur les réseaux sociaux», a déclaré à des journalistes, sans plus de précisions, une porte-parole de la Maison-Blanche.

Twitter a signalé pour la première fois mardi des messages de Donald Trump comme «trompeurs». «Il n'y a PAS MOYEN (ZERO !) que le vote par correspondance soit autre chose que substantiellement frauduleux» avait tweeté le président américain mardi, avant de s'en prendre au gouverneur de la Californie, qu'il accuse de distribuer des bulletins à tous les habitants et de leur dire «pour qui voter.»

Capture d'écran du tweet, avec la mention ajoutée par Twitter:

Le réseau social, souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, a ajouté une mention «vérifiez les faits» aux deux tweets du milliardaire républicain. «Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus de vote et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel sur le vote par correspondance», a justifié un porte-parole de la plateforme interrogé par l'Agence France-presse.

Lire aussi: Twitter durcit ses règles contre la désinformation liée au coronavirus

Une décision qui a entraîné l'ire du président. «Twitter interfère avec l'élection présidentielle de 2020. Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post» a réagi le président, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. «Twitter étouffe la LIBERTE D'EXPRESSION.»

Les tweets contre Mr Scarborough jamais signalés

Mais Twitter n'a pas agi contre d'autres messages au vitriol de Donald Trump publiés mardi matin, dans lesquels il relaie une théorie du complot infamante. Le président s'attaque régulièrement au présentateur de la chaîne câblée MSNBC Joe Scarborough, ancien homme politique qui fut son ami avant de le critiquer ouvertement à l'antenne. Plusieurs sites et blogs ont entretenu l'idée selon laquelle Mr Scarborough, alors élu républicain, aurait assassiné son assistante parlementaire Lori Klausutis en 2011, sans aucun élément tangible à l'appui.

Le veuf de cette femme a fini par écrire au patron de Twitter, Jack Dorsey. «S'il vous plait, effacez ces tweets», a demandé Timothy Klausutis, dans cette lettre relayée par plusieurs médias américains mardi. «Ma femme mérite mieux que ça.» «Je vous demande d'intervenir parce que le président des Etats-Unis s'est approprié quelque chose qui ne lui appartient pas: la mémoire de mon épouse disparue, et l'a pervertie par calcul politique», a-t-il poursuivi.

Pour aller plus loin: WhatsApp, piégé par le virus et inondé de fake news

Mardi, Jack Dorsey n'avait pas réagi publiquement à cette demande et les tweets incriminés n'avaient pas été supprimés.

Les réseaux sociaux critiqués pour leur lutte contre la désinformation

Il y a deux semaines, Twitter a renforcé ses règles pour lutter contre la désinformation sur la pandémie. C'est la première fois que ces règles sont appliquées au président américain. Pour rétablir la vérité, sous ces deux tweets s'affiche désormais la mention «Obtenez les faits sur le vote par correspondance», qui renvoie à un résumé des faits et à des articles publiés dans la presse américaine.  «C'est un début, j'imagine... Merci de supprimer ces tweets», a réagi sur Twitter Mika Brzezinski, une journaliste qui co-présente une émission avec Joe Scarborough.

Les réseaux sociaux se voient régulièrement reprocher d'appliquer des politiques à deux poids deux mesures dans leur lutte contre la désinformation. Facebook, notamment, a pris la décision controversée de ne pas soumettre au «fact-checking» par des tiers (vérification des faits) les propos tenus par des personnalités politiques. Twitter, de son côté, a réglé une partie du problème en interdisant les publicités à caractère politique.

Lire également: Sous pression, Facebook lance un service de «fact-checking» en Suisse

Mais cela n'empêche pas Donald Trump de continuer à relayer régulièrement des théories complotistes, même s'il a été établi qu'elles étaient fausses, partiellement ou totalement.

En fonction du potentiel de danger des messages et du degré de doute, les modérateurs de Twitter peuvent répondre avec des mises en garde ou des avertissements, voire aller jusqu'au retrait dans le pire des cas (information trompeuse et dangereuse).