L’essentiel

Ce lundi en Grande-Bretagne, c’est le «Jour de liberté»: la réouverture presque générale, y compris l’abandon de l’exigence du masque en intérieur.

Pour les trois jours du week-end, l’OFSP a annoncé 1560 nouveaux cas, près du double du week-end précédent.

Les recrues et les cadres pourront à nouveau rentrer chez eux le week-end, a annoncé lundi l’armée suisse.

Retrouvez notre suivi de la journée de dimanche, et pour les plus assidus, l’ensemble de nos suivis depuis octobre 2020


■ Au Zimbabwe, l'impossible injonction de se faire vacciner

Ils font la queue des heures et repartent parfois bredouille: en mettant la pression sur ceux qui traînent à se faire vacciner, le Zimbabwe a réussi à pousser des milliers personnes vers des centres de soins ... en manque de doses.

Les soignants ont récemment reçu un ultimatum de deux semaines pour se faire vacciner, sans quoi ils ne seront pas couverts en cas de contamination.

Sur les marchés, seuls les vendeurs vaccinés seront autorisés, tout comme dans les salles de vente de tabac et de coton. L'instance qui régule le commerce des céréales a elle annoncé qu'elle n'achèterait qu'aux agriculteurs vaccinés. Mais devant les centres de soins, les files s'allongent dès 4h du matin et parfois il ne se passe rien.


■ Le préposé à la protection des données préconise un certificat allégé

Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) recommande d’utiliser le «certificat light» pour lutter contre le Covid-19 lors de manifestations en Suisse. Il peut être généré depuis l’application COVID Certificate et ne contient aucune donnée sur la santé de l’utilisateur.

Ce certificat ne contient que les informations nécessaires à l’identification ainsi qu’une signature électronique, a assuré le PFPDT lundi dans un communiqué. A la lecture du code QR généré par l’application, aucune donnée relative à la santé telle que le vaccin utilisé n’est donc accessible.

En revanche, le risque de voir ses données révélées existe si le certificat est contrôlé au moyen d’une autre application que celle fournie par la Confédération. Si ce document est infalsifiable, il ne peut être utilisé qu’en Suisse et doit être renouvelé après 48 heures. Ce court délai empêche de déterminer si le certificat a été délivré après un test, une vaccination ou une guérison.


Un gâteau contre une vaccination Covid-19: l’OFSP en campagne

L’Office fédéral de la santé publique veut donner une nouvelle impulsion à la vaccination contre le coronavirus. Lundi, il a servi du gâteau à Berne. Ceux qui le veulent ont pu se faire vacciner sur place dans un camion de vaccination, sans rendez-vous.

Lire aussi: Aux Etats-Unis, des bières, des joints et des matchs de baseball pour convaincre de se faire vacciner

La forme de trois quarts symbolise les quelque deux tiers des Suisses de plus de 16 ans qui ont reçu au moins une dose de vaccin. Ce chiffre réjouit l’OFSP qui voulait fêter cet événement, a expliqué Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l’OFSP. Toutefois, ce chiffre doit encore augmenter, a-t-il ajouté. La volonté de se faire vacciner est en recul, mais elle n’est pas nulle. Une situation peut être due aux vacances

Le but de l’opération était de proposer une possibilité accessible pour se faire vacciner. Une offre qui a été bien utilisée, selon Patrick Mathys. Des personnes faisaient déjà la queue en matinée. Le nombre d’infections est à nouveau à la hausse, mais «nos vaccins garantissent une excellente protection», a tweeté dimanche le ministre de la santé Alain Berset. Même contre le variant Delta qui se transmet plus facilement.


■ Pour voyager, les Saoudiens devront avoir reçu deux doses du vaccin

Seuls les citoyens saoudiens ayant reçu une deuxième dose du vaccin contre le Covid-19 pourront voyager à l’étranger, a indiqué lundi un responsable au sein du ministère saoudien de l’Intérieur.

«La deuxième dose du vaccin contre le Covid sera une condition obligatoire pour tout voyage à l’étranger pour l’ensemble des citoyens, et ceci à partir du 9 août 2021», a indiqué ce responsable selon l’agence officielle SPA.

La mesure exclut les moins de 12 ans, «à condition qu’ils présentent avant le voyage une assurance médicale approuvée» par les autorités, les personnes rétablies du Covid-19 au cours des six derniers mois, ainsi que les personnes rétablies ayant reçu une dose du vaccin, selon SPA.


■ Le covid force Téhéran à fermer ses administrations pour la première fois

Administrations et banques vont fermer pour six jours à Téhéran, de mardi à lundi matin, et dans une province voisine, celle limitrophe d’Alborz, afin de freiner la progression du Covid-19 dans un pays où les contaminations frôlent un niveau record, ont annoncé lundi les autorités. C’est la première fois qu’une telle mesure de fermeture des administrations et des banques est prise dans le pays depuis le début de la pandémie.

Pays du Proche et du Moyen-Orient le plus durement touché par la pandémie, la République islamique d’Iran peine à contenir depuis plusieurs semaines ce que le gouvernement présente comme une «cinquième vague» de la maladie, portée par la propagation du variant Delta, très contagieux.

Alors que l’Iran se prépare à trois jours de congé (de mercredi à vendredi) à l’occasion de la fête musulmane du Sacrifice, le Comité a décrété une interdiction de sortir de ces deux provinces ou d’y entrer en voiture pour six jours également.

Depuis l’annonce des premiers cas en février 2020, le Covid-19 a fait 87 370 morts en Iran sur un total de plus de 3,5 millions de personnes infectées, selon le dernier décompte journalier officiel, loin de prendre en compte tous les cas et décès dus à la maladie, de l’aveu même de plusieurs responsables.


■ Doublement du nombre d’infectés ce week-end

La Suisse compte lundi 1560 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, indique l’Office fédéral de la santé publique. Le nombre d’infections a presque doublé depuis lundi dernier (822 cas en 72 heures).

  • On déplore quatre décès supplémentaires (deux il y a deux semaines);
  • 29 malades ont été hospitalisés (huit);
  • Avec une part de 77,6% de toutes les nouvelles infections, le variant Delta a représenté la mutation dominante en moyenne sur sept jours;
  • Durant les dernières 72 heures, les résultats de 80 178 tests ont été transmis;
  • Le taux de positivité s’élève à 1,95%;
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 5680, soit 65,7 nouvelles infections pour 100 000 habitants;
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,44.
  • Les patients Covid-19 occupent 2,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 70,10%.

■ Etre favorable au vaccin, une affaire d’âge et de classe sociale?

Les personnes d’au moins 50 ans et aisées ou avec un bon niveau d’éducation sont les plus favorables à se faire vacciner. Telle est la conclusion d’une étude publiée dans la revue MedRxiv et réalisée par les Hôpitaux universitaires de Genève en collaboration avec l’Université de Genève. Les 4 067 participants ont répondu à une enquête en ligne entre le 17 mars et le 1er avril 2021.

«Plus de trois quarts des personnes interrogées étaient favorables au vaccin contre le Covid-19, même si la majorité hésite encore pour leurs enfants […] 45,6% d’entre elles ayant des enfants sont disposées à les faire vacciner seulement si la recommandation émane des autorités de santé publique», notent les deux institutions dans leur communiqué. La part de l’acceptation est «plus élevée chez les personnes de 50 ans et plus, à haut revenu, vivant dans des zones urbaines et semi-urbaines ou ayant suivi un enseignement supérieur, détaillent-elles. Les personnes avec des maladies chroniques étaient également plus nombreuses à l’accepter»

L’objectif de cette enquête était «d’investiguer les déterminants sociodémographiques et cliniques des prises de position relatives au vaccin au sein de la population genevoise, afin de mieux comprendre les raisons de son acceptation ou de son refus», indiquent-elles. Ainsi, nombre de personnes sceptiques sondées ont positivement changé d’avis suite à l’ouverture de la vaccination. Les personnes motivées à passer à l’acte le sont principalement pour contribuer à un retour vers «la vie normale.» Les autres raisons évoquées sont l’envie de se protéger soi-même, son entourage, voire la société tout entière, ou encore de voyager.

A contrario, les arguments des personnes qui n’ont pas l’intention de se faire vacciner qui ressortent sont une «préférence pour l’attente», l’envie de laisser sa place aux plus vulnérables, d’avoir plus d’informations ou d’observer les conséquences éventuelles chez les personnes vaccinées.


■ A Mexico, un faux certificat pour 50 francs

L’agence AFP l’a constaté de visu: à Mexico, le trafic de faux passeports covid se fait dans la rue. Depuis quelques jours, une version falsifiée du précieux document, qui permet en principe de voyager dans certains pays sans la contrainte d’une quarantaine, est discrètement offerte à la vente à Santo Domingo. Le quartier central de la capitale mexicaine est déjà connu pour sa production frauduleuse d’actes de naissance, permis de conduire, diplômes et autres passeports.

Il intéresse particulièrement les voyageurs refusant le vaccin, n’ayant reçu qu’une seule des deux injections nécessaires ou dont le vaccin n’est pas agréé par le pays qu’ils souhaitent visiter.

«Si vous avez été vacciné avec le chinois, ici on le change pour du Pfizer ou du Spoutnik V», explique Cris, un quinquagénaire qui propose ce service en plein jour. «Dans deux heures, vous aurez votre document», assure Cris à des personnes dont le visage est couvert d’un masque chirurgical.

La présence de policiers mexicains dans le secteur ne refroidit pas les ardeurs des fraudeurs, pas plus que celles de leurs clients. Le certificat sanitaire est proposé à la vente pour un prix compris entre 1100 et 2000 pesos (entre 50 et 90 francs).


■ Les recrues de retour en perm

Les recrues et les cadres pourront à nouveau rentrer chez eux le week-end, annonce lundi l’armée suisse. Ils bénéficient également d’une sortie hebdomadaire en civil.

Seuls les militaires testés positifs au coronavirus qui se trouvent en quarantaine ou en isolement sont exclus de cette mesure. Pour les autres, vaccinés ou non, elle entre en vigueur immédiatement, pour autant que la situation épidémiologique le permette. En cas de dégradation, la permission sera adaptée.

L’armée a proposé aux militaires de se faire vacciner durant l’école de recrues d’été. Près de 45% ont saisi l’offre. Selon le communiqué de l’armée, un quart des recrues et des cadres s’étaient déjà fait vacciner dans le cadre civil.

Les recrues et les cadres qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont pas eu la maladie continueront à être testés chaque semaine.


■ En images: le vaccins pour des handicapés au Népal

A Katmandou, la Nepal Disabled Association organise ce lundi une campagne de vaccination au Khagendra New Life Centre.


■ Au Brésil, enfin, des chiffres qui baissent

Après une deuxième vague dévastatrice, le Brésil, qui déplore plus d’un demi-million de morts, connaît depuis quelques semaines une légère amélioration de la situation épidémique.

Le nombre moyen de décès quotidiens dans le pays de 212 millions d’habitants s’est élevé au cours de la semaine écoulée à 1252, contre près de 3000 au début avril, au plus fort de la deuxième vague. Le nombre moyen d’infections quotidiennes est inférieur à 43 000, après avoir dépassé 77 000 contaminations à la fin juin.

Interrogée par l’agence AFP, l’épidémiologiste Ethel Maciel, de l’Université fédérale d’Espirito Santo (UFES), met en avant les effets de la vaccination. Il indique que «nous ne sommes toujours pas dans une situation confortable. Nous avons un nombre très élevé de nouveaux cas et de décès. Mais dans les groupes d’âge qui sont entièrement vaccinés, nous constatons déjà une amélioration significative des indicateurs d’hospitalisation et de décès».


■ Le débat anglais

En Grande-Bretagne, le choix de Boris Johnson de maintenir l’ouverture générale ce lundi provoque une vive polémique. Un groupe d’influents scientifiques internationaux, que relaie l’AFP, a appelé le gouvernement à revenir sur sa décision, qui «risque de saper les efforts de contrôle de la pandémie non seulement au Royaume-Uni, mais également dans d’autres pays».


■ Le pari anglais

C’est donc le «Jour de liberté»: ce lundi, l’Angleterre se réveille débarrassée de presque toutes les restrictions sanitaires en dépit d’une nouvelle flambée de contaminations.

Ignorant les appels à revenir sur sa décision et à contre-courant de nombreux pays, le premier ministre Boris Johnson a confirmé la levée de quasi toutes les restrictions restantes en Angleterre lundi, se bornant à appeler ses compatriotes à faire preuve de «prudence».

Quelques points forts de ces changements:

  • Depuis 0h lundi, les salles de spectacle peuvent donc rouvrir à pleine capacité;
  • Les stades rouvrent aussi sans jauge;
  • Les discothèques peuvent accueillir du public;
  • Les clients peuvent à nouveau accéder au bar dans les pubs;
  • Le masque n’est plus obligatoire mais reste recommandé dans les transports et magasins;
  • A Londres toutefois, le maire Sadiq Khan indique que le masque est exigé dans les transports en commun.

Boris Johnson est lui-même actuellement à l’isolement suite à un contact avec une personne positive.

Retrouvez la dépêche complète à ce sujet.