Les services d’urgence russes ont annoncé avoir maîtrisé le vaste incendie qui a frappé un centre commercial dans la banlieue de Moscou. «Le feu à ciel ouvert a été maîtrisé», a indiqué le ministère des Situations d’urgence dans un communiqué, précisant que 130 pompiers étaient déployés dans «des conditions de hautes températures et de fumées denses» pour finir d’éteindre l’incendie sous les décombres. Le feu a été déclenché, selon les premiers éléments de l’enquête, par «des travaux de soudure n’ayant pas respecté les règles de sécurité».

Les services d’urgence russes soupçonnaient qu’un acte «criminel» soit à l’origine du sinistre, faisant un mort. «Les pompiers combattent un incendie d’une superficie de 7000 m2 dans la région de Moscou», a annoncé sur Telegram le ministère russe des Situations d’urgence, sans confirmer dans un premier temps le bilan d’un mort évoqué par les médias russes.

L’incendie a sévi au centre commercial Mega Khimki, dans la banlieue de Khimki, au nord de la capitale russe, à sept kilomètres de l’aéroport international de Cheremetievo. «En raison de l’effondrement du toit, le feu s’est répandu instantanément à une vaste zone», a précisé le ministère sur Instagram, évoquant la difficulté des pompiers à travailler sur place.

Non-respect des normes ou acte criminel

Les services d’urgence russes soupçonnaient qu’un acte «criminel» soit à l’origine du vaste incendie, rapportaient peu après des agences de presse russes en se référant à des sources au sein des services d’urgence. «Actes délibérés, tel un incendie criminel, est envisagé», a indiqué l’agence Interfax. L’agence Sputnik a quant à elle précisé qu’un acte criminel était «l’une des principales explications» envisagées pour ce feu.

Les agences d’Etat ont ensuite évoqué une violation de normes de sécurité comme possible origine du sinistre. Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient un incendie de grande envergure tandis que des gens prenaient la fuite d’un bâtiment en proie aux flammes en direction d’un parking..