Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé qu’il boycotterait le dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France, lundi soir. Il a jugé «irresponsables et inadmissibles» les déclarations de Cukierman. Le CFCM ne peut accepter que la composante musulmane de France soit aujourd’hui l’objet d’attaques aussi graves qu’infondées.

Alors que le FN est donné en tête aux élections départementales de mars par plusieurs sondages, Roger Cukierman a déclaré lundi sur Europe 1: «Je crois qu’on est tous conscient dans le monde juif que derrière Marine Le Pen, qui est irréprochable personnellement, il y a tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes».

Pas de violences

Le président du Crif n’a pas mis en cause le FN lorsqu’il s’agit des actes antisémites: «Le Front national est un parti pour lequel je ne voterai jamais, mais c’est un parti qui aujourd’hui ne commet pas de violences».

Selon lui, «toutes les violences aujourd’hui sont commises par des jeunes musulmans. Bien sûr, c’est une toute petite minorité de la communauté musulmane et les musulmans en sont les premières victimes», a-t-il ajouté. Le président du Crif a aussi estimé que le terme d’islamo-fascisme lancé la semaine dernière par le Premier ministre Manuel Valls, «correspond assez bien à la réalité».

Par la suite, Roger Cukierman a corrigé sur Twitter ses propos. Il a précisé que Marine Le Pen était «irréprochable juridiquement, jamais condamnée pour antisémitisme, mais infréquentable» car elle ne «s’est jamais désolidarisée des propos de son père», Jean-Marie Le Pen.

Vives critiques

Mais cela ne l’a pas empêché d’essuyer de vives critiques. «Non, Monsieur Cukierman: Marine Le Pen n’est pas irréprochable», a réagi le réseau juif européen pour Israël, pour la paix et pour la solution à deux Etats, soulignant que la cheffe du FN «n’a pas rompu avec son père».

«En jugeant Marine Le Pen «irréprochable», le président du Crif cause du tort à l’institution qu’il préside. Marine Le Pen n’a pas rompu avec son père», a renchéri Arno Klarsfeld, fils du chasseur de nazis Serge Klarsfeld. Il a ajouté que le «noyau dur» du FN était «encore très antisémite, entre De Gaulle et Pétain». «Les juifs français n’ont aucun intérêt à aller vers le FN», a-t-il martelé.