Pérou

Le président péruvien propose des élections anticipées pour sortir de la «crise institutionnelle»

La proposition de Martín Vizcarra devrait être entérinée par un référendum populaire, après avoir été votée par les députés. Si elle est acceptée, les législatives et la présidentielle seront avancées d'un an

Le président péruvien Martín Vizcarra a proposé d'organiser des élections législatives et présidentielle anticipées pour sortir son pays de la «crise institutionnelle». «Je présente au Congrès une révision constitutionnelle qui avancera la date des élections, ce qui implique que le mandat actuel des députés prendra fin le 28 juillet 2020», soit avec près d'un an d'avance, a expliqué le chef de l'Etat devant le Parlement.

Dans son message annuel à la nation, à l'occasion du 198e anniversaire de l'indépendance du Pérou, il a également proposé que, «de la même façon», le mandat présidentiel prenne fin «à la même date». Les législatives et la présidentielle devaient initialement se dérouler en avril 2021.

Martín Vizcarra, qui a gagné en popularité en s'opposant fermement au Parlement dominé par l'opposition fujimoriste (droite populiste), a précisé que sa proposition devrait être entérinée par un référendum populaire une fois qu'elle aura été débattue et éventuellement votée par les députés. «Il faut écouter la voix du peuple», s'est-il exclamé. «Le Pérou réclame à grands cris de pouvoir prendre un nouveau départ.»

Une lutte contre la corruption

Martín Vizcarra a plusieurs fois par le passé fait savoir qu'il ne chercherait pas à se présenter à la prochaine présidentielle. En juin, il avait remporté une large victoire dans sa lutte contre la corruption en obtenant un vote de confiance du Parlement. Il avait pour cela menacé de le dissoudre et d'appeler à de nouvelles élections si les parlementaires ne soutenaient pas ses réformes.

Martín Vizcarra, 56 ans, a succédé à Pedro Pablo Kuczynski, dont il était le vice-président. Ce dernier avait été contraint de démissionner en 2018 en raison de soupçons de corruption. Agé de 80 ans, il a depuis été inculpé de blanchiment d'argent dans le vaste scandale de corruption Odebrecht - du nom du géant du BTP brésilien - qui éclabousse la classe politique latino-américaine.

Lire aussi: Pour éviter la destitution, le président péruvien démissionne

 

 

Publicité