Le Brésil s’est enfoncé lundi un peu plus dans une crise institutionnelle à l’issue imprévisible. Le juge du Tribunal suprême fédéral (STF) Marco Aurelio Mello a suspendu de ses fonctions «avec effet immédiat», Renan Calheiros, troisième personnage de l’Etat, quatre jours après sa mise en accusation par la haute juridiction pour «détournements de fonds publics».

Figure hautement controversée sous le coup d’une douzaine d’enquêtes judiciaires pour corruption, Renan Calheiros est à l’épicentre des vives tensions qui opposent depuis plusieurs semaines juges et parlementaires brésiliens.

Une décision qui devra être entérinée par le Tribunal suprême fédéral

La décision préliminaire du juge Mello fait droit à une requête présentée en urgence par le parti d’opposition écologiste Rede, a indiqué à l’AFP une source du service de communication du Tribunal suprême fédéral (STF).

Cette formation, dirigée par l’ancienne candidate à l’élection présidentielle Marina Silva, stipulait qu’en vertu d’une décision récente du STF encore non définitivement en vigueur, une personnalité inculpée ne pouvait occuper une fonction dans la ligne de succession présidentielle.

Lire aussi: Comment le Brésil est-il passé de modèle à géant en disgrâce?

Or en tant que président du Sénat, Renan Calheiros occupe le second rang dans l’ordre de succession de l’actuel président Michel Temer, membre comme lui du parti de centre droit PMDB, après le président du Congrès des députés Rodrigo Maia (DEM, droite).

Sa suspension ne deviendra néanmoins définitive que si elle venait ultérieurement à être confirmée par une majorité des juges du Tribunal suprême fédéral, a précisé la source interrogée par l’AFP.

La cible de la colère des manifestants

Le couperet est tombé au lendemain de manifestations ayant rassemblé des dizaines de milliers de Brésiliens à travers le pays en défense des procureurs anticorruption et du juge fédéral Sergio Moro chargés de l’enquête sur les détournements de fonds autour du groupe étatique Petrobras.

Renan Calheiros y a figuré comme la principale cible de la colère de ces marches convoquées par des mouvements citoyens de droite qui avaient mobilisé des centaines de milliers de Brésiliens dans les rues au printemps pour réclamer la destitution de la présidente de gauche Dilma Vana Rousseff.

Le président du Sénat s’était illustré ces derniers jours en prenant la tête d’une fronde parlementaire contre les magistrats du dossier Petrobras.

Cette enquête mettant en cause des dizaines de parlementaires tétanise d’autant plus la classe politique que le N°1 du BTP brésilien Odebrecht a conclu mercredi un accord de collaboration explosif avec les enquêteurs en échange de remises de peine.

Les mesures polémiques des députés

Les députés ont ainsi adopté mercredi dernier à l’aube en première lecture un paquet de mesures anticorruption vidées de leur substance par de nombreux amendements, que Renan Calheiros a tenté de faire entériner en urgence le soir même par les sénateurs.

Lire aussi: Frédéric Louault: «Les parlementaires sont souvent plus puissants que leurs partis»

Les députés avaient en particulier provoqué la fureur des magistrats en introduisant en catimini un amendement prévoyant des peines de deux ans d’emprisonnement pour les juges et procureurs qui se rendraient coupables «d’abus d’autorité» dans l’exercice de leurs fonctions.

Les magistrats du dossier Petrobras avaient immédiatement riposté en menaçant de démissionner en bloc si cette mesure visant, selon eux, à les museler était entérinée par les deux chambres et promulguée par le président Temer. Quelques jours plus tôt, les députés avaient déjà tenté de faire passer une amnistie déguisée des financements occultes des campagnes électorales.

Mais face à un vent de révolte sur les réseaux sociaux, le président Temer avait improvisé, le dimanche 27 novembre, une conférence de presse avec les présidents des deux chambres pour jurer qu’ils s’opposeraient à «toute mesure de cette nature».

Un nouveau coup dur pour Michel Temer

La suspension de Renan Calheiros illustre la profondeur de la crise qui déchire le Brésil depuis le début de l’année. Celle-ci aura vu en moins d’un an la présidente Dilma Vana Rousseff destituée pour maquillage des comptes publics par le parlement dans des conditions très controversées, puis son ennemi juré, l’ex-président du Congrès des députés Eduardo Cunha, membre du PMDB de Michel Temer, déchu de ses fonctions, inculpé et écroué pour corruption dans l’affaire Petrobras.

Lire aussi: Michel Temer, un président fragile pour le Brésil

La suspension de Renan Calheiros tombe au plus mal pour le président Temer qui peine à mettre en œuvre son impopulaire programme de redressement économique du Brésil, toujours profondément enfoncé dans la récession.