Le maire communiste d’Ivry-sur-Seine ne s’attendait pas à une telle sollicitation. Lorsqu’il reçoit par e-mail, début octobre, une première demande de parrainage adressée par l’équipe d’Eric Zemmour, Philippe Bouyssou contacte aussitôt le quotidien Le Parisien, avant de mettre en scène sa réponse négative dans une vidéo pour les réseaux sociaux. Amusant? Révélateur, en tout cas, de l’enjeu constitué, pour le polémiste attendu le 24 novembre à Genève, par l’écueil des 500 signatures d’élus, «sésame» présidentiel indispensable depuis 1976 en France. Des signatures qui doivent respecter des règles édictées et vérifiées par le Conseil constitutionnel: elles doivent émaner d’élus (nationaux, régionaux ou locaux) d’au moins 30 départements, et seul un dixième d’entre elles (donc 50) peuvent provenir d’un seul de ces départements. Précision importante: impossible, pour un élu, de signer pour plusieurs candidats…