Vous appréciez nos articles? Suivez «Le Temps» sur Facebook


Le QG presse d’Emmanuel Macron évacué. Un chien policier a détecté une odeur anormale et c’est tout le QG qui est actuellement évacué (13h). Les policiers ont investi le périmètre réservé à la presse mais les abords de la pyramide qui accueillent le public sont toujours ouverts, signe qu’il s’agit probablement d’une simple mesure de sécurité.

Premiers chiffres sur la participation. La participation à midi était de 28,23%, a annoncé le Ministère de l’intérieur, un chiffre quasi stable par rapport à celui du premier tour le 23 avril (28,54%), mais en baisse par rapport au second tour de l’élection présidentielle de 2012, où la participation s’élevait à 30,66% au même moment.

Ils ont voté: Emmanuel Macron au Touquet et Marine Le Pen à Hénin-Beaumont.

Côté pratique. Les bureaux de vote ont ouvert en métropole à 8h (heure suisse) ce matin, la plupart fermeront à 19h, tandis que dans les grandes villes ils resteront ouverts jusqu’à 20h. Dans les DOM-TOM et à l’étranger, le vote avait déjà commencé samedi, selon les fuseaux horaires. D’immense files d’électeurs ont de nouveau été constatées à Montréal.

Une participation clé. Il a beaucoup été question, dans l’entre-deux-tours, de l’abstention différentielle, ce concept qui veut que les électeurs du Front national s’abstiennent peu par rapport aux électeurs de François Fillon ou de Jean-Luc Mélenchon, peu tentés par la personne d’Emmanuel Macron; si les votes en faveur d’Emmanuel Macron sont peu nombreux, le score pourrait donc mécaniquement basculer en faveur de la candidate d’extrême droite, même si les sondages donnent une nette avance à l’ex-ministre de l’Economie: de 61,5 à 63% des voix, contre 37 à 38,5%. Seules 68% des personnes interrogées se disent certaines d’aller voter et le taux de participation constituera une donnée cruciale.

Lire: L’heure du choix entre deux France

Une situation inédite. Les ténors qui occupaient la scène politique depuis une décennie sont tombés les uns après les autres et, pour la première fois depuis près de soixante ans, les deux grands partis traditionnels de la gauche (le Parti socialiste) et de la droite (Les Républicains) sont écartés du second tour de l’élection.

Lire: Election présidentielle: mon marathon dans un champ de mines

Rebondissements jusqu’à la dernière minute. La campagne de l’entre-deux-tours, particulièrement tendue, s’est achevée vendredi sur un nouveau soubresaut, avec la publication sur les réseaux sociaux de plusieurs dizaines de milliers de documents internes de l’équipe d’Emmanuel Macron, via un lien diffusé par le site WikiLeaks, faisant intervenir des sources pro-Kremlin et provenant de l’extrême droite américaine. Ces liens ont été abondamment relayés par l’extrême droite sur Twitter, tandis que la Commission nationale de contrôle de la campagne présidentielle a demandé aux médias de ne pas relayer le contenu de ces documents, «obtenus frauduleusement» et auxquels ont été «mêlées de fausses informations».

Lire: Les «MacronLeaks», ultime boule puante

L’inventivité des électeurs. L’entre-deux-tours a aussi été marqué par des débats sans fin du côté de La France insoumise, qui refuse de choisir «entre patron et patrie» mais est soumise au dilemme entre voter blanc et nul et dans les faits favoriser Marine Le Pen, ou voter pour Emmanuel Macron et donc accorder son soutien à un programme radicalement différent du sien. C’est ainsi qu’est né sur Twitter le populaire #Sansmoile7mai. Des initiatives ont eu lieu – encourager les électeurs à voter après le comptage de 17h, pour pouvoir identifier le nombre de personnes insatisfaites de l’offre finale, ou envoyer un 2e bulletin de vote directement à Emmanuel Macron, pour lui rappeler qui l’a élu. Aucune de ces tentatives ne peut bénéficier de reconnaissance légale.

 

Deux France opposées. Les deux candidats votent dans la matinée, dans le nord de la France, Emmanuel Macron dans la station balnéaire chic du Touquet et Marine Le Pen dans son fief ouvrier d’Hénin-Beaumont.

Lire tous nos articles sur la France en campagne

Haute sécurité. Plus de 50 000 policiers, gendarmes et militaires sont déployés pour assurer la sécurité du scrutin, alors que la France vit sous le régime de l’état d’urgence et que des attentats islamistes ont fait 239 morts dans le pays depuis 2015.