Les bureaux de vote n’ont pas connu de forte affluence, selon des journalistes de l’AFP et des observateurs, qui évoquaient une météo pluvieuse, les risques de violences ou encore le manque de suspense. Ils ont commencé à fermer à 18h00 et les opérations de dépouillement ont débuté.

Les résultats de ce scrutin, le deuxième depuis l’intervention française qui avait mis en déroute les djihadistes dans le nord du pays en 2013, sont attendus dans les quatre ou cinq jours.

Lire aussi: Présidentielle malienne, l’échec populaire

Le président d’un bureau de vote tué

Le vainqueur du duel entre le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, dit «IBK», et l’opposant Soumaïla Cissé, entrera en fonction début septembre, avec la lourde tâche de relancer l’accord de paix conclu en 2015 avec l’ex-rébellion à dominante touareg, dont l’application accumule les retards.

L’élection, déterminante pour l’avenir du Sahel, a été émaillée de violences, dont la plus grave a eu lieu au sud de Tombouctou, dans la localité d’Arkodia. Le président d’un bureau de vote y a été tué par balles par des djihadistes présumés, venus «interdire le vote».

Lire également: La présidentielle malienne, un casse-tête français

Matériel incendié

Dans cette même région, où les groupes islamistes frappent régulièrement face à un État absent, «des hommes armés sont venus et ont emporté tout le matériel électoral au bord du fleuve et l’ont incendié», a dit un habitant du village de Kiname. La «menace sécuritaire» a ainsi empêché ou perturbé le vote dans «au moins une centaine» de bureaux, selon les quelque 2000 observateurs du Pool d’observation Citoyenne du Mali (POCIM). Au premier tour, le 29 juillet, quelque 250 000 Maliens n’avaient pas pu voter en raison des violences.

Cette fois, quelque 36 000 militaires maliens, soit 6000 de plus qu’au premier tour, étaient mobilisés pour sécuriser le scrutin avec l’aide des Casques bleus de la Minusma, des forces françaises de l’opération Barkhane et, dans le Nord, où l’Etat est peu ou pas présent, de groupes armés signataires de l’accord de paix. Le président-candidat et son adversaire se sont livrés à une passe d’armes sur la fraude électorale.

Procès-verbaux électoraux préremplis

Selon le camp de M. Cissé – qui se disait toutefois «confiant» en votant dans son fief de Niafounké – des bulletins de vote ont «circulé» en dehors des circuits normaux depuis plusieurs jours, preuve que des bourrages d’urnes étaient en préparation. Un journaliste de l’AFP a pu constater que dans au moins cinq bureaux de vote de Bamako, les procès-verbaux électoraux avaient été préremplis et signés avant même la fin du vote.

Ibrahim Boubacar Keïta a répliqué en dénonçant des «manœuvres» de l’opposition visant à faire «croire que nous serions dans une logique de fraude». Les observateurs de l’UE, premier bailleur international du Mali, ont cette fois pu se déployer à Gao (Nord), mais toujours pas à Tombouctou et à Kidal (Nord), ni à Mopti (centre).

Population indifférente

Sur le plan sécuritaire, la tension était montée samedi avec l’arrestation de trois membres d’un commando, qualifié de «groupe terroriste», au moment où il «planifiait des attaques ciblées à Bamako en fin de semaine».

Le scrutin s’est tenu dans une relative indifférence de la population, fatiguée par plus de six ans de violences et dont près de la moitié vit sous le seuil de pauvreté malgré un taux de croissance supérieur à 5% et une place de premier producteur africain de coton.

A 73 ans, M. Keïta est en position de force pour remporter un second mandat de cinq ans. Au premier tour, il avait récolté 41,70% des suffrages, contre 17,78% pour M. Cissé, un ancien ministre des Finances de 68 ans qui n’a pas su unir l’opposition pendant l’entre-deux tours. En 2013, déjà opposé à M. Cissé, «IBK» avait été plébiscité avec un score de plus de 77%.