France

Présidentielle: une nuit du 7 mai qui fait peur

Les violences urbaines du 1er mai font craindre des affrontements de rue à l’issue du second tour

La présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle peut-elle provoquer un embrasement urbain à Paris et dans les grandes villes françaises? Alors que le débat télévisé de mercredi soir entre la candidate du Front national et Emmanuel Macron a confirmé la fin de l’ostracisme médiatique d’antan envers l’extrême droite, le risque d’une confrontation violente entre «fachos» et «antifa» inquiète. Depuis les affrontements constatés à l’issue des manifestations parisiennes du 1er mai, le risque de batailles rangées post-électorales durant la nuit du 7 mai est pris au sérieux par les autorités, dans un pays où les flambées de violence sont récurrentes et où les dégradations des biens publics fréquentes.

Lire: La photo d’un policier brûlé en France jette une lueur sombre sur le 2e tour

Notre dossier: la France en campagne

La possibilité d’un engrenage difficile à contenir malgré l’état d’urgence en vigueur depuis les attentats du 13 novembre 2015 a été illustrée par les terribles images de lundi dernier. Six policiers ont été blessés ou brûlés ce jour-là, en marge d’une manifestation syndicale, et plusieurs photos impressionnantes de CRS attaqués à coups de cocktails Molotov ont été reprises par la presse internationale. Selon le Ministère de l’intérieur, la responsabilité en incombe à «des centaines de casseurs professionnels» appartenant pour l’essentiel aux «black blocs» de la mouvance antifasciste et anarchiste. Elles ont réveillé le souvenir douloureux de l’incendie contre un véhicule de police survenu le 18 mai 2016 près de la place de la République, en marge des protestations du mouvement de gauche radicale Nuit Debout.

«Pour le moment, ce ne sont que des rumeurs. Il n’y a pas d’alerte plus précise. Cela dit, vu l’état d’urgence et la menace terroriste, je doute que les festivités du soir du second tour soient aussi spontanées et ouvertes qu’en 2007 et 2012», nuance le général de gendarmerie Bertrand Soubelet, auteur de Sans autorité, quelle liberté? (Ed. Plon). Un nouvel attentat terroriste revendiqué par Daech est survenu le 20 avril sur les Champs-Elysées, causant la mort d’un policier et celle de l’assaillant, un délinquant musulman récidiviste. Côté violences urbaines, l’hôpital Necker-Enfants malades de Paris avait été endommagé en juin 2016 lors de défilés de la CGT contre la réforme du Code du travail. En janvier 2017, deux voitures de police ont aussi été prises en embuscade à Viry-Châtillon, sans doute en raison de trafic de stupéfiants. Le niveau de tensions dans les banlieues s’est aussi aggravé après l’interpellation du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois en février. Laquelle a entraîné la suspension de quatre policiers, dont l’un a été mis en examen pour viol.

Y aura-t-il une fête le 7 mai au soir?

Traditionnellement, l’élection présidentielle française se conclut à Paris par un grand rassemblement. Le 7 mai 2012, François Hollande (qui avait voté à Tulle, en Corrèze) avait rejoint ses sympathisants place de la Bastille, comme son prédécesseur socialiste François Mitterrand l’avait fait en 1981. En mai 2007, Nicolas Sarkozy avait réquisitionné la place de la Concorde, où il était tardivement venu après sa soirée controversée au Fouquet’s. Un tel rassemblement est-il possible dimanche soir? «Oui, possible. Si l’ordre est donné le samedi, avec juste un jour d’avance, les forces de l’ordre s’exécuteront», répond Bertrand Soubelet. Problème toutefois: les risques. «On ne pourra pas monter en 24 heures une sécurité du type fan-zones durant l’Eurofoot, poursuit l’ancien gendarme. Le président élu devra d’emblée assumer cette part d’inconnu.»

Les entourages d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen ont été prévenus. «Le risque, en raison de la présence de l’extrême droite au second tour, est que des éléments provocateurs s’infiltrent. Or comment pourra-t-on fouiller dans la précipitation?» s’inquiète un officier des CRS. 50 000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour assurer la sécurité du scrutin. La possibilité, dans ce contexte, que le vainqueur du 7 mai renonce à une fête populaire n’est pas écartée. Dès le 8 mai au matin, le casse-tête sécuritaire continuera d’ailleurs avec le premier bain de foule du nouveau président, lors du cortège de commémoration du 8 mai, aux côtés de François Hollande, dont le mandat s’achève le 14 à minuit.

Dossier
La France en campagne

Publicité