Difficile, avec un tel passé, de ne pas regarder en arrière, même lorsqu’on est à la recherche d’un futur à sa hauteur. Ils l’ont souvent fait, au fil d’une histoire ensuite moins glorieuse et plus contrariée, et c’est dans un retour aux sources de l’islam que nombre d’entre eux ont cherché jusqu’à aujourd’hui l’élan nécessaire pour renouer avec une destinée de premier plan. Si composite que soient les mouvements populaires qui ont affronté et affrontent encore les autocrates du Proche-Orient, ils sont porteurs d’une autre vision de l’avenir. De nouveau, ce printemps, les Arabes ont surpris le monde. L’occasion, pour le Temps, de revenir sur quelques-uns des moments forts qui ont marqué leur histoire et dont ce que nous croyons savoir est souvent brouillé par la légende dorée ou le préjugé.

2011, la jeunesse ébranle les potentats (13.08.2011)

En décembre 2010, le suicide d’un jeune Tunisien, emblématique du malaise d’une génération entière, déclenche un mouvement de révolte inouï qui s’étend des rives de la Méditerranée au Moyen-Orient

Suez 1956, la fierté arabe retrouvée (12.08.2011)

La crise de Suez met le monde au bord du conflit nucléaire. Et fait de Gamal Abdel Nasser le héros arabe du tiers-monde en voie de constitution

La Nahda, une renaissance entre retour à l’islam et modernité (11.08.2011)

Le démembrement de l’Empire ottoman au XIXe siècle secoue les consciences arabes. Tandis que les uns nourrissent des rêves panislamistes, d’autres traduisent à tour de bras les auteurs des Lumières, revalorisent leurs racines égyptiennes ou syriennes et entrevoient un avenir national et séculier

Le héros kurde des Arabes (10.08.2011)

Fierté Saladin, qui reprit Jérusalem aux Croisés, a longtemps été plus apprécié des Européens que des Arabes, qui l’ont redécouvert sur le tard

Al-Andalus, le premier islam européen (09. 08.2011)

Installés dans la péninsule Ibérique dès le VIIe siècle, les Arabes y ont développé une civilisation pluriculturelle qui a laissé dans la mémoire chrétienne des souvenirs contradictoires

L’invincible élan de la foi (08.08.2011)

Un siècle après la mort de Mahomet, les Arabes campent de Narbonne à Kaboul. Portés par l’islam, ils ne l’imposent toutefois guère aux peuples conquis