«Notre main ne tremble pas face à l’islamisme.» Si la parole du ministre de l’Intérieur français est forte, après le meurtre d’une fonctionnaire de police vendredi à Rambouillet par un individu musulman radicalisé, la réalité de la riposte policière et judiciaire est de nouveau questionnée par cet attentat commis en plein après-midi, dans une ville réputée calme de la région parisienne.

A lire aussi: Dans les Yvelines, le terrorisme islamiste et les questions douloureuses