«On en pleure de bonheur.» On peut se demander si Jean-Luc Mélenchon n’en fait pas un peu beaucoup en saluant ainsi le Prix Nobel de littérature remis à Annie Ernaux. Mais le fait est que cette figure du féminisme français a été l’une de ses plus grandes supportrices dans les campagnes électorales des dernières années. L’écrivaine de 82 ans a par ailleurs toujours été engagée sur des valeurs de gauche, dans son œuvre et dans sa vie. «Les lettres francophones parlent au monde une langue délicate qui n’est pas celle de l’argent», a d’ailleurs complété dans son tweet le fondateur de La France insoumise, leader de ce camp aux dernières élections françaises.