Le Nobel de la paix 2021 a été attribué à deux journalistes, la Philippine Maria Ressa et le Russe Dimitri Muratov, en récompense de «leur combat courageux pour la liberté d'expression», une «précondition essentielle» pour la démocratie et la paix, selon le comité.

Maria Ressa et Dimitri Muratov «sont les représentants de tous les journalistes qui défendent cet idéal dans un monde où la démocratie et la liberté de la presse sont confrontées à des conditions de plus en plus défavorables», a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen.

Lire notre commentaire: La liberté de la presse, indispensable ingrédient de la paix

Agée de 58 ans, Maria Ressa a cofondé la plateforme numérique de journalisme d'investigation Rappler en 2012. Le média a braqué les projecteurs sur «la campagne antidrogue controversée et meurtrière du régime (du président philippin Rodrigo) Duterte», a fait valoir le comité Nobel.

D'un an son aîné, Dmitri Mouratov a quant à lui été un des cofondateurs et un rédacteur en chef du journal Novaïa Gazeta, une des rares voix encore indépendantes en Russie où la dissidence se heurte à une féroce répression.

Le quotidien a notamment mis en lumière «la corruption, les violences policières, les arrestations illégales, la fraude électorale et les 'fermes de trolls'». Il l'a payé au prix fort, a souligné le comité: six de ses journalistes ont perdu la vie, dont Anna Politkovskaïa, tuée il y a 15 ans quasiment jour pour jour.

La liberté de la presse, jamais sacrée jusqu'à présent, figurait parmi les favoris pour cette année mais les 329 candidatures en lice étaient tenues secrètes.

Lire aussi: Le Prix Nobel de littérature décerné à Abdulrazak Gurnah

Les Nations Unies ont félicité les deux journalistes. «C'est une thématique chère» pour elles, a affirmé à la presse la directrice de l'information de l'ONU à Genève, Allessandra Vellucci. «C'est très important pour les droits humains», a-t-elle encore dit. De son côté, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme a dénoncé une augmentation ces dernières années des assauts contre les travailleurs des médias.

Le Kremlin a également salué le «courage» et le «talent» de Dmitri Mouratov. «Nous pouvons féliciter Dmitri Mouratov. Il travaille en continu en suivant ses idéaux, en les conservant. Il est talentueux et courageux», a déclaré aux journalistes le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.

Dmitri Mouratov a annoncé dédier son prix Nobel de la Paix au journal dont il est le rédacteur en chef, Novaïa Gazeta, et à ses collaborateurs assassinés pour leur travail et leurs enquêtes. «Ce n'est pas mon mérite personnel. C'est celui de Novaïa Gazeta. C'est celui de ceux qui sont morts en défendant le droit des gens à la liberté d'expression», a-t-il dit, cité par l'agence de presse publique TASS, et listant les noms des six journalistes et contributeurs au journal assassinés, dont Anna Politkovskaïa.

Lire aussi: Depuis sa prison, Alexeï Navalny raconte son quotidien au «New York Times»