L’essentiel

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de prolonger la procédure simplifiée de la RHT pour les entreprises malmenées par le covid.

La Suisse reste l’un des pays avec le taux d’incidence Covid-19 le plus élevé en Europe, selon l’OFSP.

L’Autriche a annoncé ce mercredi la levée prochaine du confinement des non-vaccinés, malgré l’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire dans peu de temps.

Le Danemark compte lever les restrictions sanitaires malgré le nombre de cas important.

Retrouvez notre suivi de la journée de mardi.


■ Le gouvernement annonce une «aide financière exceptionnelle» pour les indépendants

Les travailleurs indépendants, auto-entrepreneurs dont l’activité est pénalisée par la cinquième vague de covid-19, vont bénéficier d’allègements de cotisations sociales et d’une «aide financière exceptionnelle», a annoncé mercredi à l’AFP le ministre français délégué aux PME Jean-Baptiste Lemoyne. Le gouvernement a décidé de mettre en place «un filet de sécurité pour les indépendants qui ont peu ou pas du tout travaillé à cause des restrictions sanitaires», a-t-il dit, alors qu’une manifestation avait lieu devant le ministère de l’Economie et des Finances, à l’appel de plusieurs organisations d’indépendants.


■ Les contaminations augmentent en Iran

Le nombre des nouvelles infections au coronavirus repart à la hausse en Iran, où le variant Omicron, plus contagieux, constitue désormais la majorité des nouveaux cas, ont indiqué mercredi les autorités sanitaires. Pays le plus durement touché par la pandémie au Moyen-Orient, l’Iran a annoncé le 19 décembre la détection du premier cas d’infection au variant Omicron.

Les autorités sanitaires ont enregistré près de 12 000 nouveaux cas d’infections quotidiennes, le bilan le plus élevé depuis trois mois. Depuis le début de la pandémie, l’Iran a enregistré près de 6,3 millions de cas d’infections et déploré plus de 132 000 morts, selon le ministère de la Santé.


■ Prolongation de la procédure simplifiée pour la RHT

Les entreprises pourront bénéficier de la procédure simplifiée en cas de réduction d’horaire de travail (RHT) jusqu’au 31 mars. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de prolonger une nouvelle fois le délai de l’ordonnance Covid-19 sur l’assurance chômage. Le recours à la RHT avait été introduit au printemps 2020 pour soulager les entreprises face aux conséquences des mesures prises pour endiguer la pandémie de coronavirus. Au vu des évolutions depuis décembre 2021, une nouvelle hausse des entreprises ayant recours aux RHT ne peut pas être exclue, souligne le Conseil fédéral dans un communiqué.

La prolongation de cette mesure continuera à décharger à la fois les entreprises et les caisses de chômage et permettra des paiements rapides de l’indemnité en cas de RHT. Les heures en plus accumulées en dehors de la phase de RHT n’ont toujours pas à être déduites. Quant aux revenus provenant d’occupations provisoires, ils continuent à ne pas être pris en compte dans le calcul de l’indemnité. La durée maximale de perception de l’indemnité en cas de RHT de 24 mois pendant le délai-cadre de deux ans, qui était limitée jusqu’au 28 février, sera en outre finalement prolongée jusqu’au 30 juin.


■ Roberto Schmidt a été testé positif au coronavirus

Le conseiller d’Etat valaisan Roberto Schmidt se trouve actuellement en isolement et a participé à la séance hebdomadaire du Conseil d’Etat par visioconférence, tout comme Christophe Darbellay qui se trouve également en isolement.

Un test PCR positif a confirmé une infection au coronavirus du chef du Département des finances et de l’énergie. Son état de santé est bon et il continuera à diriger son département en télétravaillant depuis son domicile.

Selon les consignes de l’OFSP, les autres membres du Conseil d’Etat ne se trouvent pas en quarantaine.


■ L’Autriche met fin au confinement des non-vaccinés

L’Autriche a annoncé ce mercredi la levée prochaine du confinement des non-vaccinés, même s’ils vont bientôt devenir hors la loi avec l’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire contre le Covid-19. Depuis mi-novembre, ceux qui n’ont pas reçu d’injection ou qui ne peuvent pas présenter de certificats d’anticorps témoignant d’une infection récente n’ont en théorie plus le droit de quitter leur domicile. Sauf pour travailler, faire leurs courses alimentaires, du sport ou pour des soins médicaux. A compter de lundi, ils retrouveront leur entière liberté de mouvement. Ils resteront toutefois exclus des restaurants, hôtels, lieux culturels et sportifs qui exigent un pass vaccinal.

Ce pays d’Europe centrale avait opté pour cette restriction drastique face à la flambée des cas et au risque de saturation des services de soins intensifs. «Il s’agit d’une des mesures les plus strictes qu’on puisse prendre. Or la situation actuelle dans les hôpitaux nous permet d’y mettre fin», a déclaré le chancelier conservateur Karl Nehammer à la presse avant le Conseil des ministres. «Nous voulons limiter les restrictions au maximum», a-t-il assuré.

L’Autriche enregistre certes un nombre record de nouveaux cas – plus de 34 000 annoncés mercredi – mais la moindre sévérité du variant Omicron suscite un débat sur l’allègement des mesures comme dans d’autres pays européens. Si le pays lâche un peu de lest, elle va en revanche de l’avant avec son projet de vaccination obligatoire. Cette loi entrera en vigueur le 4 février. Tous les adultes, y seront soumis, sous peine d’encourir une amende comprise entre 600 et 3600 euros. Environ 72% de la population de 8,9 millions d’habitants dispose à ce stade d’un schéma vaccinal complet.


■ Les Brandons de Payerne sont repoussés d’un mois

Les Brandons de Payerne (VD) sont reportés. Prévue du 4 au 7 mars, la manifestation broyarde est repoussée au week-end du 8 au 10 avril, suite à la prolongation des restrictions sanitaires par le Conseil fédéral jusqu’au 31 mars.

«La 2G + et la problématique liée font que nous ne maîtrisons pas assez de paramètres pour organiser les Brandons en mars», écrivent les organisateurs mercredi dans un communiqué. «Nous laisserions trop de monde sur le bord de la route. Les Brandons sont populaires et doivent réunir le maximum de personnes. C’est leur ADN».

En repoussant d’un mois les Brandons, le Comité des masqués (CDM) dit jouer la carte de la sécurité et de la sagesse. En avril et d’après tous les experts contactés, les restrictions seront bien moindres, le virus étant saisonnier. Les règles pour les soirées seraient allégées. Les guggens pourraient jouer sur scène en ville. Même les cortèges redeviendraient possibles, s’est réjoui Sylvain Hostettler, président du CDM.

Au 8 avril, cela fera 770 jours que les Payernois attendent les Brandons, «une éternité», relève Sylvain Hofstettler. La Cité de la Reine Berthe n’a en effet plus fêté son carnaval depuis le 28 février 2020.


■ Le Danemark compte lever ses restrictions

Le Danemark entend lever ses restrictions anti-Covid au 1er février, malgré un nombre record de nouveaux cas. Le pays juge sa forte couverture vaccinale suffisante face à la moindre sévérité du variant Omicron, fait savoir le gouvernement dans une lettre rendue publique ce mercredi.

«Je souhaite […] que la catégorisation du Covid-19 comme maladie menaçante pour la société soit supprimée», y écrit le ministre de la Santé Magnus Heunicke, ce qui entraîne de facto la levée de toutes les restrictions nationales actuellement en vigueur comme le port du masque ou la fermeture anticipée des bars et restaurants. Le gouvernement veut seulement maintenir pendant quatre semaines supplémentaires certaines restrictions à l’entrée du territoire danois, à savoir des tests et/ou quarantaines, selon le pays de provenance.

Avec plus de 46 000 nouveaux cas hier, le taux d’infection est extrêmement élevé dans le pays «mais notre évaluation actuelle est que l’épidémie atteindra prochainement son pic», a justifié le ministre sur Twitter. Près de 60% des 5,8 millions de Danois ont reçu une dose de rappel, avec un mois d’avance sur le calendrier envisagé par les autorités sanitaires.

Le nombre d’hospitalisations dues au Covid a continué à augmenter ces derniers jours et a dépassé les 900 patients, mais les autorités sanitaires pensent pouvoir faire face au fardeau. L’Agence nationale de santé estime en outre que 35% des personnes hospitalisées actuellement avec le Covid sont à l’hôpital pour une autre pathologie.


■ L’Allemagne cherche à discipliner la messagerie Telegram, nid à complotistes

La messagerie cryptée Telegram, particulièrement prisée des mouvements anti-vaccin, est dans le viseur des autorités allemandes. Les opposants à la vaccination manifestent régulièrement dans tout le pays lors de rassemblements parfois accompagnés d’incidents. La tension risque de montrer encore d’un cran alors que la question de la vaccination obligatoire arrive ce mercredi au Bundestag.

Lire aussi: Opposée à toute censure, Telegram est désignée comme ennemi public

La ministre de la Justice, Nancy Faeser, veut présenter d’ici Pâques un plan d’action visant à obliger la plateforme Telegram à supprimer les messages haineux et à identifier leurs auteurs. Certains groupes de discussion «d’anti-vax» réunissent jusqu’à 200 000 personnes. La ministre n’exclut pas l’interdiction pure et simple de l’application en Allemagne. Mais avant cela «toutes les autres options doivent avoir échoué», précise-t-elle, reconnaissant qu’une coopération européenne est nécessaire sur ce sujet sensible.

L’Allemagne a voté en 2017 une loi controversée qui oblige depuis les réseaux sociaux, tels que Facebook et Twitter, à supprimer les contenus délictueux et à les signaler à la police en vue d’éventuelles poursuites. Les demandes de suppressions de contenus, dont des menaces de morts contre des personnalités politiques, envoyées par l’Office fédéral de la police criminelle allemande (BKA) à Telegram sont restées lettre morte.

Sur ce sujet: Opération coup de poing dans les groupes antivax en Allemagne

Un autre moyen d’action serait d’exiger de Google ou Apple de la retirer de leur catalogue de téléchargement, mais cela n’affecterait pas les utilisateurs possédant déjà l’application. Pour Nancy Faeser, la seule façon de venir à bout du service est de l’interdire complètement en Allemagne, Des interdictions et des réglementations contre Telegram existent déjà en Chine, Inde ou Russie.


■ Les camps de ski sont de nouveau autorisés dans le Jura

Le canton de Jura autorise à nouveau les camps de ski dès la semaine prochaine. Malgré une situation sanitaire encore délicate, le gouvernement juge «primordial de redonner des perspectives positives sur le plan social aux élèves et aux jeunes participants.»

Les camps de ski se dérouleront toutefois dans le respect de plans de protection stricts, indique ce mercredi la Chancellerie d’Etat. L’autorisation délivrée par l’exécutif cantonal vaut pour les mois de février et de mars.

Le canton connaît une situation épidémiologique toujours tendue, avec une incidence des infections encore à un très haut niveau, rappelle le communiqué. «Mais une légère amélioration est constatée du côté des hospitalisations.»

Les arguments sociaux en faveur de la jeunesse, «dans l’attente impatiente d’activités extrascolaires» après deux ans de privation, ont pesé dans la décision. Celle-ci se fonde aussi sur la position identique de la Conférence intercantonale de l’instruction publique.


■ La pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions.

  • La police britannique a annoncé hier enquêter sur plusieurs fêtes organisées à Downing Street et au sein de la haute administration pendant les confinements. Celles-ci sont à l’origine d’une grave crise menaçant le Premier ministre Boris Johnson

  • Variant, inflation et relèvements des taux d’intérêt sont autant de nuages qui assombrissent l’horizon économique en ce début 2022, a prévenu mardi le Fonds monétaire international . Omicron «a entraîné de nouvelles restrictions de mobilité [et une] pénuries de main-d’œuvre», a souligné lors d’une conférence de presse Gita Gopinath, nouvelle numéro 2 de l’institution.

Lire cette analyse: Une année sous le signe de l’inflation

  • Icône de la pop, Elton John a annoncé hier avoir été testé positif au Covid-19. Il a donc décidé d’annuler deux concerts prévus à Dallas, dans le sud des Etats-Unis, dans le cadre de sa tournée mondiale d’adieux.

  • Le chanteur Neil Young demande à Spotify – dans une lettre ouverte finalement retirée de son site internet – de supprimer sa musique de la plateforme de streaming. Il l’accuse de désinformation sur le Covid-19 et les vaccins, notamment via les podcasts du populaire et controversé Joe Rogan.

  • Après de nombreux détournements financiers en Afrique du Sud, dans le cadre de contrats publics pour lutter contre le Covid de l’ordre de 830 millions d’euros, le président Cyril Ramaphosa a promis hier des poursuites judiciaires et des sanctions. A ce jour, les enquêteurs ont transmis aux autorités concernées 940 affaires.

  • En valeur absolue, les pays qui ont enregistré le plus de morts sont les Etats-Unis (871 920), le Brésil (623 843), l’Inde (490 462) et la Russie (327 448). L’Organisation mondiale de la santé estime que ce bilan pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

■ Au Pérou, 10% de la population est contaminée

Le Pérou a dépassé mardi le seuil des trois millions de cas confirmés au Covid-19, soit 10% de la population, selon le ministère péruvien de la Santé. Le pays est en pleine troisième vague provoquée par le variant Omicron du coronavirus.

Il a enregistré un total de 3 020 756 cas et 204 587 décès, pour une population totale de 33 millions d’habitants, selon les dernières données disponibles du ministère. Parmi les personnes récemment infectées figure le numéro deux du gouvernement péruvien Mirtha Vasquez. Quatre autres ministres, dont celui de la santé, ont également contracté le Covid-19.


■ Aux Etats-Unis, les infirmières mercenaires font florès

L’agence AFP fait un point sur les infirmières itinérantes aux Etats-Unis, ces employées de santé qui vont d’un Etat à l’autre, selon les besoins d’un système de santé poussé à bout par le covid et le variant Omicron. Cette pratique n’est pas nouvelle, mais le secteur a vu ses revenus croître de 35% en 2020, et devrait encore grossir de 40% entre 2020 et 2021, selon les données de Staffing Industry Analysts.

Elles gagnent parfois davantage d’argent que certains chirurgiens: les salaires peuvent aller jusqu’à 8000 dollars par semaine, même s’il s’agit de l’estimation haute, selon Mike Press, recruteur pour l’agence Judge. La plupart des offres d’emploi publiées actuellement sur des groupes Facebook tournent autour de 3000 à 5000 dollars par semaine. Ce qui reste significativement plus élevé qu’avant la pandémie, lorsque les infirmières itinérantes gagnaient environ 15% de plus par an que celles employées de façon fixe dans un hôpital.

L’agence de presse cite Allyssa Findorff, qui a décidé de prendre la route en enchaînant des contrats courts d’infirmière dans différents hôpitaux.

Un an après le début de la pandémie, la jeune femme de 32 ans, son compagnon serveur dans des restaurants, et leurs deux chiens, quittent donc leur Wisconsin natal. Elle qui a déjà travaillé aux urgences est d’abord affectée en Floride, puis dans le Colorado, et se trouve aujourd’hui en Arizona.

«Mon compagnon et moi nous sommes mis d’accord pour ne rester quelque part que quatre mois, même si nous aimons beaucoup l’endroit, afin d’être sûrs de continuer à bouger», raconte Allyssa Findorff. Le couple souhaite voir «les quatre coins du pays».


■ Le «risque global» lié à Omicron toujours très élevé

Le nombre de contaminations au Covid-19 a atteint un nouveau record la semaine dernière. «Plus de 21 millions de nouveaux cas ont été enregistrés [ces sept derniers jours, ndlr], ce qui représente le plus grand nombre de cas hebdomadaires recensés depuis le début de la pandémie», a relevé l’OMS.

Lire aussi: Covid-19: BA.2, le sous-variant d’Omicron dont les traits se dessinent peu à peu

Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 5% au cours de la semaine dernière, contre 20% la semaine précédente. Le taux d’incidence global augmente de manière «plus lente», a-t-elle toutefois indiqué. L’OMS a également fait état de 50 000 nouveaux décès, un chiffre stable par rapport à la semaine dernière.


■ Réouverture des restaurants et des lieux culturels aux Pays-Bas

Le gouvernement néerlandais, mis sous pression, a annoncé mardi soir la réouverture sous conditions des bars, restaurants et lieux culturels aux Pays-Bas. Les restrictions sanitaires y étaient parmi les plus strictes d’Europe.

«Nous faisons aujourd’hui (mardi) un grand pas pour déconfiner davantage les Pays-Bas», a déclaré le premier ministre Mark Rutte au cours d’une conférence de presse à La Haye. Les magasins et les coiffeurs avaient été autorisés à rouvrir le 15 janvier, tandis que les bars, restaurants, musées et théâtres avaient dû rester fermés, suscitant la colère d’une partie de la population. Certains musées se sont transformés en salon de beauté le temps d’une journée en signe de protestation.