Un mot, prononcé devant un tribunal, peut avoir la valeur d’un jugement. Lorsque le procureur de la République a, lors de l’interrogatoire de Nicolas Sarkozy le 15 juin, parlé de «désinvolture» à propos du financement de sa campagne présidentielle de 2012, un moment de silence a suivi.

Lire aussi: Affaire Bygmalion: pas de clémence vis-à-vis de Nicolas Sarkozy