Sa nouvelle apparition devant les juges ne sera sans doute que de courte durée. Trois semaines après avoir été condamné à 3 ans de prison (dont 1 ferme) pour corruption dans l’affaire dite des écoutes téléphoniques, Nicolas Sarkozy se retrouvera de nouveau, à partir de 13 heures ce mercredi, dans une salle du Tribunal correctionnel de Paris. L’ancien président français comparaît cette fois aux côtés de 13 autres prévenus dans l’affaire dite Bygmalion, pour le financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012 perdue contre François Hollande à hauteur de 22 millions d’euros.

Nicolas Sarkozy est poursuivi pour violation de l’article du code électoral relatif aux plafonds de dépense des campagnes, passible d’un an de prison et de 3750 euros d’amende. L’audience d’ouverture de ce mercredi risque toutefois de faire long feu, en raison de l’hospitalisation de l’un des avocats, Christian Saint-Palais, défenseur de l’un des principaux accusés: l’ancien député européen Jérôme Lavrilleux. Le procès devrait être reprogrammé en mai.