Publicité

Au procès civil de Donald Trump pour un viol présumé, une autre témoin raconte son agression sexuelle dans un avion

Devant le tribunal fédéral de Manhattan, Jessica Leeds a raconté avoir été agressée par l'ex-président américain dans un avion à la fin des années 1970. Elle était invitée à témoigner par les avocats d'E. Jean Carroll

Jessica Leeds a témoigné devant un tribunal à Manhattan, le 2 mai 2023. — © Elizabeth Williams / keystone-sda.ch
Jessica Leeds a témoigné devant un tribunal à Manhattan, le 2 mai 2023. — © Elizabeth Williams / keystone-sda.ch

Jessica Leeds, une octogénaire américaine, a raconté mardi avoir été agressée sexuellement par Donald Trump, lors du procès civil à New York où l'ancien président américain est accusé de viol et diffamation par l'autrice E. Jean Carroll.

Agée de 81 ans, Jessica Leeds a relaté devant le tribunal fédéral de Manhattan comment, «en 1978-79», dans un avion pour New York, elle s'était extirpée de son siège en première classe parce que l'homme d'affaires avait tenté de l'embrasser dans le cou, puis avait posé ses mains sous sa jupe. «Il n'y pas eu de discussion, c'est venu de nulle part (...) Il a tenté de m'embrasser, d'attraper mes seins», a ajouté Jessica Leeds, à l'époque âgée de 37 ans, et qui travaillait comme responsable des ventes pour un groupe d'imprimerie.

Lire aussi: Lors d'un procès à New York, Donald Trump accusé de viol

Devant les neuf jurés, Jessica Leeds a expliqué sous serment qu'elle avait trouvé la force de se lever et de partir quand Donald Trump avait «posé ses mains sous ma jupe». La scène s'était déroulée en quelques «secondes», sans qu'aucune hôtesse de l'air ne semble s'en apercevoir, selon elle, puis Jessica Leeds avait gagné un autre siège.

Des accusations sorties en 2016

Jessica Leeds a expliqué qu'elle n'était sortie du silence qu'en 2016 dans le New York Times, quand Donald Trump avait affirmé, lors d'un débat présidentiel contre Hillary Clinton, qu'il «respectait les femmes» et n'avait jamais commis d'agression sexuelle.

Donald Trump avait démenti ces accusations. Durant un meeting, dont les jurés ont visionné les images, il avait ajouté: «croyez-moi, elle ne serait pas mon premier choix».

Une autre plaignante citée à comparaître

Jessica Leeds était invitée à témoigner par les avocats d'E. Jean Carroll, 79 ans, qui accuse l'ancien président des Etats-Unis de l'avoir violée dans une cabine d'essayage d'un grand magasin new-yorkais en 1996. Appelée à témoigner pendant plusieurs heures la semaine dernière, elle en a livré un récit détaillé, que les avocats de Donald Trump ont tenté de mettre en doute, en s'étonnant par exemple qu'elle n'ait jamais crié ou appelé au secours.

L'ancien président américain, qui veut reconquérir la Maison-Blanche en 2024, ne se présentera pas au procès, a confirmé mardi l'un de ses avocats, Joe Tacopina. Le milliardaire républicain rejette les accusations et affirme n'avoir jamais rencontré E. Jean Carroll, à l'époque chroniqueuse pour le magazine Elle.

Les avocats de la plaignante veulent citer encore une autre femme parmi celles qui ont accusé dans le passé le milliardaire républicain d'agression sexuelle.

Donald Trump n'est pas poursuivi au pénal pour viol dans cette affaire. E. Jean Carroll a porté plainte pour «agression» et «diffamation» - pour des propos de Donald Trump à son encontre - en se fondant sur une loi de novembre dernier de l'Etat de New York qui rend possibles des poursuites au civil pour des affaires d'agressions sexuelles prescrites au pénal. Elle réclame une réparation financière que devra fixer le jury s'il lui donne gain de cause.